En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Tache de septoriose sur dernière feuille Messagerie Lorraine

Blé tendre : les pluies relancent les contaminations de septoriose

14 mai 2020

Après plusieurs jours consécutifs de précipitations marquées (à fort effet rebondissant), on peut s’attendre à des contaminations tardives de septoriose sur les derniers étages foliaires du blé.

La succession des cycles de multiplication de la septoriose est sous l’influence des températures pour l’incubation (effective à partir de 7°C) et de la pluie pour les contaminations (effet rebond de feuilles en feuilles).

Même si la maladie était présente depuis le début de la montaison sur les feuilles basses, c’est l’absence de pluie qui a limité sa progression vers les nouvelles feuilles formées, les températures n’ayant jamais vraiment été limitantes.

La situation a évolué avec le retour significatif de la pluie, qui joue désormais son rôle de vecteur de la maladie. Avec plusieurs jours consécutifs de précipitations marquées (à fort effet rebondissant), on peut considérer que chaque étage de feuilles présents est potentiellement contaminé.

Ces feuilles vont visuellement rester saines, le temps de l’incubation (favorisée par les températures douces), avant l’apparition de nouveaux symptômes. Conséquence, leur apparition pourrait se produire quasiment simultanément sur les trois derniers étages foliaires.

Que dit le modèle Septo-LIS ?

Le modèle de simulation d’évolution de la septoriose Septo-LIS®, développé par ARVALIS, permet de visualiser l’évolution de la maladie. Basé sur l’intensité des pluies et les températures journalières, il permet de suivre les contaminations en amont des symptômes visuels aux champs et d’anticiper l’épidémie en cours.

A titre indicatif, une simulation a été réalisée pour une variété peu sensible à la septoriose (figure 1). Elle montre que les nouvelles contaminations (bâtonnets rouges) apparaissent tardivement en cohérence avec la pluie reçue (bâtonnets bleus) et montent jusqu’à la dernière feuille aujourd’hui bien déployée.

Figure 1 : Simulation épidémiologique de la septoriose (modèle Septo-LIS) pour une variété peu sensible (type Fructidor) semée à une date moyenne du 05/10/2019 – Station Météo de Saint-Hilaire-en-Woëvre (55)

Il ne s’agit cependant que d’une vision générale de la situation. Seule l’observation directe des symptômes au champ permet une bonne caractérisation du risque par la prise en compte plus précise des stades et de la sensibilité variétale.

Rester vigilant !

A partir de l’étalement de la dernière feuille, toute apparition visuelle de septoriose sur l’une des trois dernières feuilles est une mise en alerte. Ce sont ces feuilles qui, par leur fonctionnement photosynthétique, vont soutenir le futur remplissage du grain et donc le rendement.

Cependant, cette progression de la septoriose reste particulièrement tardive cette année sur des blés déjà proches de l’épiaison. Si une protection fongicide est nécessaire, la dose peut en conséquence être revue à la baisse dans une moindre recherche de persistance d’action.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10