En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Apport d’azote sur blé à épi 1 cm (début montaison) en 2019 en hauts de France Messagerie Hauts-de-France

Blé tendre : fractionner la dose d’azote autour du stade épi 1 cm

28 mars 2019

Le stade épi 1 cm est atteint pour la majorité des parcelles de blé tendre. Au vu des conditions météo, le fractionnement de l’apport d’azote à épi 1 cm est recommandé pour optimiser l’efficacité de l’engrais.

Les conditions climatiques sont pour l’instant favorables aux parcelles de blé qui présentent des développements très satisfaisants.

L’état des cultures en sortie d’hiver

Depuis mi-février, les blés rencontrent des conditions très poussantes avec une grande douceur sur tout le mois, puis un retour des pluies début mars qui permet de bien valoriser les premiers apports azotés, lorsqu’ils étaient nécessaires (cartes 1 et 2).

Carte 1 : Cumuls de pluie du 15 février au 1er mars 2019


Carte 2 : Cumuls de pluie du 1er mars au 15 mars 2019

Retour des pluies en mars permettant une bonne valorisation des premiers apports azotés

Contrairement à l’année dernière, les faibles pluies pendant l’hiver ont entraîné moins de lessivage qu’habituellement et les reliquats sont relativement élevés cette année, particulièrement derrière des précédents riches (pomme de terre, pois de conserve…).

Pour ces situations avec des reliquats azotés élevés, l’impasse tallage pouvait s’envisager cette année, ou du moins le décalage du premier apport (notamment pour les doses totales les plus faibles - en dessous de 160 unités). En effet, au vu des reliquats élevés mais aussi du bon développement des parcelles sortie d’hiver, les fournitures du sol ont largement couvert les besoins de la plante à cette période.

Les besoins en azote augmentent à partir du stade épi 1 cm

Actuellement, les blés sont légèrement en avance en terme de stade et atteignent le stade épi 1 cm pour la plupart des situations. Les parcelles les moins avancées, (difficultés de levée à l’automne, marquage lié au désherbage…), ne seront  à ce stade pas avant début avril. A partir du stade épi 1 cm, les besoins d’azote de la plante augmentent beaucoup et la plante doit être alimentée correctement pour exprimer son potentiel.

Les conditions climatiques prévues pour les prochains jours ne sont pas forcément favorables à la valorisation des apports azotés, avec un temps annoncé sec avec des températures relativement élevées. Dans ce cas, il y a tout intérêt à fractionner autour du stade épi 1 cm afin d’améliorer l’efficience des apports.

Rappelons que les apports azotés sous forme de solution azotée sont plus sensibles au phénomène de volatilisation que les formes solides (figure 1). Il s’agit alors d’être particulièrement attentif aux conditions d’application. Il faudra veiller à réaliser les apports au plus près de la pluie.

Au même titre que l’azote, le soufre a été peu lessivé cette année et les apports soufrés sont rarement nécessaires cette année. Toutefois, pour les quelques situations le nécessitant, il est encore temps de mettre un peu de soufre au stade épi 1 cm.

Figure 1 : L’azote sous toutes ses formes

Tableau 1 : quelques stratégies de fractionnement envisageables en 2019, selon les différentes situations, le stade de développement de la parcelle et des doses déjà apportées

Rappel des besoins en azote du blé

Depuis 2017, les besoins en azote du blé tendre ont été revus pour atteindre les objectifs de « rendement » et « qualité : 11,5 % de protéines ».

Pour certaines variétés, le poste « besoins de la culture » a été complété avec un « b » complémentaire (bc). Par exemple, Fructidor bénéficie d’un « bq qualité » de 3,2 pour atteindre l’objectif « protéines », alors qu’il n’est que de 3 pour un objectif « rendement ». Le complément d’azote de la dose prévisionnelle (issu du « bc ») sera mis en réserve pour le pilotage du dernier apport. Ainsi, la mise en réserve conseillée pour la fin de cycle sera de 60 kg N (40 + 20 kg N).

Soulignons qu’un grand nombre des variétés cultivées dans la région bénéficie de ce « bq qualité » : Bergamo, Chevignon Complice, Creek, Fructidor, KWS Extase, Mutic, RGT Libravo, RGT Sacramento… (tableau 2).

Tableau 2 : Classement des variétés selon leur besoin en azote (coefficients b et bq11,5%)

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10