En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Risque rouille brune en 2021 Messagerie Ouest Occitanie

Blé tendre et blé dur : quel risque rouille brune pour 2021 ?

01 avril 2021

Cette maladie à caractère explosif peut générer des pertes de 15 à 40 % selon les années et la sensibilité des variétés de blés. Son fort pouvoir de dissémination en fait une maladie à suivre très régulièrement. Qu’en est-il cette année ?

Un inoculum de base faible

Pour que la rouille brune s’exprime sur une campagne, plusieurs facteurs doivent être réunis.

Tout d’abord, la maladie doit être présente en début de saison en constituant un inoculum de base pour la campagne. Cet inoculum est présent si des spores ont pu survivre d’une campagne à l’autre (notamment à l’aide de repousse). Cette passation d’une campagne à l’autre est toujours observable mais pas forcément en grande quantité. Ainsi les étés très secs limitent fortement la survie des spores sur les repousses, car elles sont peu nombreuses. Les conditions de sécheresse estivales nous renseignent donc sur la quantité probable de rouille brune active en début de saison (ce qui constitue l’inoculum de base).

Pour cette campagne, l’inoculum de base s’annonce faible en Occitanie. L’été et l’automne 2020 enregistrent pratiquement 52 jours de sec en 3 périodes dans la région (figure 1), ce qui en fait une année parmi les plus sèches des 15 dernières années.

Figure 1 : Nombre de jours de sec cumulés du 15 juillet au 30 octobre 2020 – station météo de Toulouse-Blagnac (31)

Des conditions climatiques favorables depuis les semis

Ensuite, les conditions climatiques de l’hiver et du printemps vont permettre à l’inoculum de base de s’exprimer plus ou moins fortement. Des températures élevées et la présence d’eau libre (pluies, rosée, hygrométrie saturante) sont favorables à la rouille brune.

Cette année, les conditions de l’hiver ont été idéales pour la maladie avec des températures extrêmement douces depuis les semis et des pluies excessives en décembre et janvier. Les conditions de sec actuelles sont moins favorables mais de petites pluies éparses pourraient changer la donne.

Une arrivée qui s’annonce tardive

Au final, même si les conditions sont favorables, l’inoculum de base est limitant. Si des pluies régulières reviennent, l’explosion de la maladie interviendra tardivement, après le stade dernière feuille étalée des blés.

Vu les conditions de pression de la rouille brune l’an dernier, il y aura certainement une différence entre blé dur et blé tendre. Différence que l’on observe déjà aujourd’hui avec des symptômes visibles sur blé tendre sensible alors qu’aucun signalement n’a encore été fait sur blé dur dans la région. A suivre donc, mais avec une certaine sérénité en comparaison d’autres années.

Pour rappel, à partir du stade 2 nœuds, dès l’apparition d’une pustule sur les 3 feuilles supérieures présentes, une intervention est recommandée pour préserver le potentiel et enrayer l’attaque.

Carte d’identité de la rouille brune

- Des races différentes entre blé dur et blé tendre
- Une conservation principalement liée à la présence de repousses
- Une dissémination des spores par le vent sur de longues distances (ce qui en fait une maladie explosive dès que les conditions climatiques le permettent).
- La spore a besoin d’eau libre et de température douce pour germer (pluie ou rosée printanière) puis il faut encore 7 à 10 jours pour que les pustules apparaissent sur la face supérieure des feuilles.
- Une pustule produit 3000 spores par jour pendant 3 semaines ce qui accentue le caractère explosif de la maladie.

Des symptômes typiques- La répartition de la maladie est homogène dans la parcelle (pas de foyer).
- Les pustules de couleur rouge orangé sont dispersées aléatoirement sur la feuille.
- Par temps froid ou en début d’expression des symptômes, les premières pustules peuvent être très petites (< 0,5 mm). Elles sont généralement entourées d’un halo jaune.
- Les années à forte pression, il est possible d’observer des pustules sur les gaines et sur les barbes des épis.
- En fin de cycle, les pustules peuvent noircirent avec la formation des organes de conservation, les téleutosores.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10