En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Résistance des variétés de blé tendre aux maladies Messagerie Bretagne

Blé tendre : comment utiliser la résistance variétale pour lutter contre les maladies ?

24 octobre 2019

Le choix d’une variété résistante ou tolérance à une maladie est le premier levier pour une lutte efficace. Mais attention aux idées reçues sur les mélanges variétaux, ils n’atténuent pas de manière significative la sensibilité d’une variété à une maladie.

Depuis plusieurs années, le nombre d’inscriptions de variétés de blé tendre tolérantes aux maladies et productives augmente significativement. Ces variétés constituent un apport indéniable pour limiter les traitements fongicides tout en affichant de bons potentiels.

Choisir une variété tolérante, c’est réduire sensiblement l’investissement fongicide

L’investissement fongicide dépend de la sensibilité des variétés aux maladies mesurée par l’écart entre parcelles traitées et non traitées aux fongicides (cf colonne Sensibilité globale aux maladies). En Bretagne, pour les variétés peu sensibles, l’investissement fongicide doit être proche de 55 à 60 €/ha maximum.

Pour les variétés dont la note de tolérance à la septoriose est ≥ 6,5 (tableau 1), le premier traitement peut être réalisé au stade dernière feuille étalée.

Tableau 1 : Exemples de variétés de blé tendre tolérantes aux maladies

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Mélange variétal : pas mieux que les variétés cultivées en pure

La pratique de mélanges variétaux est aujourd’hui répandue. Si cette pratique permet de simplifier la conduite au niveau de l’exploitation, elle n’apporte pas de gain de rendement significatif ni d’économie potentielle d’investissement fongicide. Rappelons également que les outils de pilotage actuellement disponibles ne permettent pas de raisonner la protection fongicide pour des variétés conduites en mélanges.

Afin de limiter le risque de perte de rendement et de réduire l’investissement fongicide, mieux vaut donc cultiver des variétés tolérantes que de cultiver des variétés en mélange qui intègrent des variétés sensibles. A l’inverse, un mélange de variétés tolérantes permettrait de réduire significativement le coût fongicide comme il est possible de le faire sur une variété tolérante cultivée seule.

Rendement et qualité : pas d’avantage pour les mélanges

Testés depuis de nombreuses années dans le réseau d’expérimentation ARVALIS, les mélanges variétaux n’apportent pas de gain de rendement, de manière significative et régulière. En 2019, cinq essais complémentaires, dont 2 réalisés en Bretagne, ont conforté cette équivalence de rendement entre la culture de mélanges en comparaison de la moyenne des 4 variétés du mélange.

Les références ont également montré que les mélanges variétaux en blé tendre ne modifient pas les critères qualitatifs. Les écarts mesurés entre un semis en mélange par rapport aux variétés semées en pur sont équivalents et non significatifs sur le taux de protéines et le PS.

Une baisse très modérée de la nuisibilité des maladies

Des travaux réalisés dans le cadre d’une thèse INRA ARVALIS ont montré un potentiel de 7 % d’économie de produits phytosanitaires pour lutter contre la septoriose par la culture de mélanges en comparaison de la moyenne des 4 variétés du mélange, gain qui reste très inférieur à la culture de la variété la plus résistante du mélange.

En absence de protection phytosanitaire, la nuisibilité des maladies est inférieure de 2,4 q/ha en mélange par rapport la moyenne des 4 variétés du mélange. En revanche, cet avantage n’est plus significatif dès l’application de 40 % de doses des programmes de protection fongicide. Les mélanges variétaux ne permettent donc pas de diminuer le coût fongicide, l’optimum étant équivalent à la moyenne des 4 variétés du mélange. Ce coût pourrait être réduit dès lors que le mélange intègre uniquement des variétés tolérantes à la septoriose.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10