En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Parcelle de blé tendre avec zone de verse en Ile de France Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Blé tendre : c’est le moment d’estimer le risque de verse

18 mars 2021

Voici les clés pour évaluer le risque de verse 2021 sur blé tendre, avec les régulateurs de croissance recommandés si nécessaire.

Si le climat à venir nous est inconnu, il est envisageable aujourd’hui de prendre en compte d’autres paramètres pour évaluer le risque initial car la résistance de la tige s’acquiert au moment même de sa constitution, c’est-à-dire entre les stades épi 1 cm et 2 nœuds environ. Elle va être conditionnée à la fois par l’allongement des entre-nœuds du bas de tige et par la composition de la paroi de la tige. Différents paramètres vont intervenir : le type de sol, la résistance intrinsèque de l’espèce, de la variété, les pratiques culturales et le climat de début montaison. Si le climat à venir nous est inconnu, il est envisageable aujourd’hui de prendre en compte les autres paramètres pour évaluer le risque initial.

Figure 1 : Grille d’évaluation du risque de verse 2021 sur céréales en Centre – Ile-de-France – Auvergne

Figure 2 : Classement des variétés de blé tendre en fonction de leur résistance à la verse physiologique - échelle 2020

Dès lors que la variété semée est tolérante à la verse (cotation > 6,5) et à la condition de ne pas avoir commis de fautes techniques (semis en dehors des plages recommandées par exemple), aucun régulateur n’est nécessaire.

Faut-il intervenir au stade épi 1 cm ?

C’est autour de ce stade que peuvent être appliqués les régulateurs de croissance de type antigibbéréliques. Généralement, ce sont les spécialités à base de chlorméquat qui sont employées. En effet, cette substance agit sur l’allongement des premiers entre-nœuds de la tige, conduisant à son renforcement.

Deux cas de figures peuvent conduire à une intervention fin tallage – épi 1 cm : un risque faible ou un risque très élevé. Dans le premier cas, il s’agit d’une « assurance très économique ». Dans le second, il s’agit d’une première intervention qui sera complétée d’une deuxième adaptée au risque de l’année.

Dans les autres situations, les conditions climatiques du début montaison influenceront la décision d’application et le niveau d’intervention (doses, produits). Ces stratégies ont un avantage : des traitements plus tardifs permettent de prendre en compte les conditions climatiques de début montaison et de ne pas réguler si le climat a fait office de régulateur.

Un régulateur est un produit systémique. Il sera d’autant plus efficace que la culture est en bon état. Pour une bonne valorisation, mais aussi une bonne sélectivité, les conditions climatiques à rechercher sont des températures douces, sans grandes amplitudes thermiques, une bonne luminosité et une humidité relative de l’air supérieure à 60 %. Ceci le jour de l’application, mais aussi durant les 3 à 5 jours suivants.

Figure 3 : Températures nécessaires le jour du traitement et pendant les 3-5 jours suivants

En bref, si le créneau n’a pas été déjà saisi, il va falloir être patient et potentiellement basculer sur d’autres types de régulateurs en fonction du retour du « beau » temps et du stade des blés.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10