En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Stratégie de désherbage du vulpin : décaler les semis de blé Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Blé : jouer sur la date de semis pour gérer les vulpins

06 septembre 2018

Trois campagnes d’essais dans la région ont permis de mesurer l’efficacité du décalage de la date de semis du blé sur les infestations de vulpins.

Les essais ont été conduits de 2016 à 2018 en Champagne Berrichonne à Saint-Ambroix (18) avec la variété Ascott. Le type de sol est « classique » de cette région (argilocalcaire moyen) et la rotation dominante est colza/blé/orge d’hiver.

Au cours des trois ans, le décalage de la date de semis a toujours permis de baisser le nombre de vulpins levés dans les parcelles, avec des niveaux d’« efficacités » comparables à ceux de certains herbicides (figure 1).

Figure 1 : Evolution de la population de vulpin en fonction de la date de semis du blé au cours des 3 années d’essais à St Ambroix (18)

Quelle est la stratégie la plus intéressante techniquement et économiquement ?

Pour ces trois années d’étude, les dates de semis précoces ont été nettement en retrait d’un point de vue satisfaction du désherbage mais également d’un point de vue économique (année 2016 à traiter à part) par rapport aux dates intermédiaires et tardives !! Et ceci même lorsque la sortie d’hiver est encore efficace.

Les dates de semis les plus tardives permettent d’atteindre les notes de satisfaction les plus élevées. Elles sont donc à privilégier sur les parcelles les plus infestées en vulpin. Dans ces situations, un semis avant le 20/25 octobre est à proscrire.

En situation de début de résistance, une application de sortie d’hiver permet d’améliorer la note de satisfaction globale, notamment en permettant de gérer les relevées. Un seul passage à l’automne suivi d’une intervention en sortie hiver présente souvent le meilleur rapport coût/satisfaction.

En cas de résistance, une application de prélevée suivie d’une post-levée précoce apparaît comme un bon compromis. En semis très tardif, la double application d’automne (pré + postlevée) est souvent difficile à mettre en œuvre (météo, stades). Cependant dans cette situation, un seul passage peut s’avérer suffisant.

Figure 2 : Produits – coûts herbicides+ passages en fonction des notes de satisfaction* obtenues – Prix du blé : 160 €/t – Essai vulpin 2016-2017-2018 à St Ambroix (18)

* Ces notes permettent de refléter un niveau de satisfaction d’un point de vue agriculteur, la note de 10 correspondant à une satisfaction totale. Seuil d’acceptabilité : 7.

Tableau 1 : Points forts et faibles de différentes dates de semis du blé sur la gestion du vulpin

Que retenir de ces essais ?- Les semis précoces sont régulièrement mis en difficultés, avec des impacts sur les marges et sur l’enherbement à court et moyen termes des parcelles = Pas de semis précoce sur les parcelles sales !
- Les semis avant le 20/25 octobre ne garantissent pas une maitrise satisfaisante des graminées, avec un impact important sur l’enherbement à moyen terme des parcelles.
- Les semis entre le 20/25 octobre et 5/10 novembre (viser la borne haute pour les parcelles les plus problématiques) permettent régulièrement d’atteindre des niveaux de satisfaction élevés tout en limitant l’impact sur le rendement.
A vrai dire, il n’y a pas de dates « toutes faites », ce sont les conditions pédoclimatiques permettant ou non des levées importantes d’adventices avant l’implantation (et donc leur destruction) qui piloteront le choix de la date de semis. Il ne s’agit pas de généraliser le décalage du semis sur toute l’exploitation mais de mettre en œuvre cette pratique sur les parcelles les plus problématiques. L’impact sur les résultats économiques reste négligeable l’année en cours mais positif sur le long terme.
- Le levier « date de semis » est un des leviers agronomiques de lutte contre les adventices, mais pas le seul ! Dans les parcelles les plus problématiques une réflexion globale est nécessaire et ce premier levier (malheureusement pas toujours applicable ex : sols hydromorphes) doit être combiné avec d’autres solutions : labour, cultures de printemps…

Pour en savoir plus, regardez la vidéo !

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10