En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blé dur à maturité en 2021 en Occitanie Analyse pluriannuelle

Blé dur : une culture qui marge dans la durée

21 octobre 2021

malgré des performances irrégulières d'une année à l'autre, en lien avec les aléas climatiques, la culture du blé dur reste compétitive en pluriannuel, comparée au blé tendre.

Entre le prix, la qualité et les aléas en végétation, la variabilité du résultat économique de la culture de blé dur est forte. Il est donc difficile de faire une projection sur ses performances d’une campagne à l’autre. Néanmoins, une telle variabilité ne veut pas dire que le résultat global est nécessairement négatif. 

En pluriannuel, malgré la variabilité de production et des qualités associées, le blé dur reste une culture intéressante dans les zones de production. Pour preuve, si l'on reprend l'arbitrage qui peut être fait avec la culture de blé tendre, moins gourmande en intrants et plus productive, l’analyse des données de l’Observatoire ARVALIS-Unigrains et des données CER dans les départements de la Haute-Garonne, du Loir-et-Cher et de la Vendée, montre que le blé dur permet de dégager des marges brutes intéressantes pour la plupart des années. Ces calculs sont issus d’observations réelles, prenant en compte les prix payés avec les réfactions et les différentes stratégies de commercialisation - que ce soit en blé dur ou en blé tendre.

En moyenne sur les 13 ans couverts par l’étude, le différentiel de marges brutes entre blé dur et blé tendre est de 470 €/ha en Vendée, 260 €/ha en Haute-Garonne et 130 €/ha dans le Loir-et-Cher (figure 1).

Figure 1 : Différentiel de marges brutes entre blé dur et blé tendre
Différentiel de marges brutes entre blé dur et blé tendre

La variabilité des résultats est importante entre deux années mais il est difficile de ne choisir ces années qu’en fonction du marché, lui-même assez volatile d’une année sur l’autre.

Il est donc préférable de prévoir une place pour le blé dur chaque année dans son assolement pour réduire les aléas économiques, car « viser les bonnes années » est risqué.

Pour renforcer la durabilité de la filière, des travaux sont conduits actuellement, avec l’appui d’ARVALIS, pour rendre le blé dur plus résilient dans les assolements et limiter les risques techniques ou économiques. Par exemple, des recherches sont engagées sur la tolérance variétale aux aléas climatiques et aux maladies mais aussi sur les leviers technico-économiques au sein des exploitations productrices de blé dur.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 26 octobre 2021 par TRAMIER

C'est dommage que l'étude ne porte aussi sur le quart sud est de la France (région traditionnelle)

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10