En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Evaluations des risques de verse sur BD et stratégies Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Blé dur : Comment estimer le risque de verse ?

19 mars 2020

Comme pour le blé tendre, il est recommandé d’estimer le risque de verse sur ses parcelles de blé dur, afin d’adapter son programme de régulation.

Sur blé dur, la verse provoque des dégâts de rendement variables selon son intensité et surtout sa précocité. Même sans perte de rendement, les effets de la verse peuvent être très négatifs : augmentation de la moucheture et du mitadinage, dégradation de la qualité sanitaire.

Le blé dur est sensible à la verse radiculaire : ses racines adventives (ou racines de tallage) sont orientées de manière verticale, elles sont donc moins efficaces en termes d’ancrage que des racines orientées horizontalement.

Plusieurs facteurs favorisent la verse :
• Une densité trop importante. Les essais récemment réalisés dans la région confirment qu’en sol de limon pour un semis fin octobre, les densités optimales se situent entre 170 et 220 plantes/m² en sortie d’hiver.
• Un semis très précoce.
• Une forte alimentation azotée, notamment précoce.
• Des maladies précoces qui affaiblissent les tiges et le système racinaire comme le piétin-verse.
• Le choix d’une variété sensible.

Attention, une variété résistante peut verser à cause du piétin-verse. Une variété sensible peut moins verser à plus faible densité.

Estimer son risque verse à la parcelle pour un meilleur pilotage

Comme pour le blé tendre, certains outils comme FARMSTAR permettent d’estimer ce risque grâce à l’utilisation d’images satellites. En cas de non utilisation d’un tel service, il est possible d’estimer son risque verse à l’aide d'une grille (tableau 1). Le résultat obtenu permet ainsi d’orienter sa stratégie régulateur.

Tableau 1 : Grille de risque verse sur blé tendre et blé dur

Figure 1 : Sensibilité des variétés de blé dur à la verse

Choisir une stratégie adaptée à son risque

Si une irrigation post-floraison est prévue, l’application d’un régulateur de croissance est fortement recommandée.

Tableau 2 : Stratégies de lutte contre la verse sur blé dur

*Une part des spécialités à base de chlorméquat sont désormais classées H301 (toxique en cas d’ingestion) et donc interdites en mélange. Se référer aux étiquettes.
**Dose la plus élevée à 1 nœud - dose la plus faible à 2 nœuds.

Intervenir en conditions d’application optimales

Pour accroître l’efficacité et limiter la phytotoxicité, les applications sont à réaliser sur des cultures en bon état (indemnes de viroses, de phytotoxicités herbicides), correctement alimentées en eau et en azote, et, si possible, dans des conditions climatiques favorables : temps poussant, lumineux et sans forte amplitude thermique (écarts inférieurs à 15-20°C).

Il est nécessaire de tenir compte des conditions climatiques le jour de l’application mais aussi durant les 3 à 5 jours suivants.

Tableau 3 : Conditions de températures requises pour l’emploi des substances de croissance

Exemple de lecture : pour une application à base de chlorméquat de chlorure, il faut que la température minimale enregistrée le jour du traitement soit supérieure à –1°C et qu’elle atteigne au moins +10°C. Dans les 3 jours suivants, une température maxi supérieure à 10°C est favorable.
En cas de mélanges avec d’autres produits, vérifier que vous respectez la réglementation et la compatibilité de votre mélange. Certains antagonismes ont pu s’observer.
Si les conditions ne permettent pas aujourd’hui d’assurer un passage de chlroméquat, il est toujours possible de reporter son intervention courant montaison en utilisant d’autres régulateurs à des doses qui seront adaptées au climat rencontré.

Retrouver tous nos conseils régulateurs dans le guide Choisir & Décider régional.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 21 mars 2020 par TORCHE

Bonsoir dans notre région de Constantine , le blé dur en particulier a tendance à verser après le remplissage de l'épi. en semis tardifs ,le blé ne courbe que rarement , en raison d'un climat favorable dont les traitements se font à plus ou moins 10 degrés, en revanche ,si la pluie persiste au-delà du 10 Mai , la verse devient inévitable surtout si la pluie est accompagnée de rafales de vents. en tous cas ceci n'est que mon point vue. Salutations à notre chère équipe de l'Institut. turki torche Algérie

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10