En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Microdochium nivale sur épis et sur une feuille de blé dur en mai 2020 en région Méditerranée (bulletin ABDD) Messagerie Méditerranée

Blé dur : risque maladies modéré à très élevé selon le secteur

07 mai 2020

Les pluies récentes et à venir sont particulièrement en faveur des maladies des feuilles et des épis sur blé dur. Voici quelques stratégies fongicides proposées selon la situation de la parcelle.

Une météo pluvieuse

Le climat actuel reste très favorable aux maladies sur blé dur.

En année normale, il pleut en moyenne 50 mm entre le 11 avril et le 2 mai. Cette année, les pluies durant cette période se sont concentrées sur les deux épisodes des 20 et 28 avril (figure 1).

La Provence a donc reçu des pluies normales (zone orange clair) à un peu faibles (zone orange foncé).

Le Languedoc a reçu des pluies normales (nord Gard) à très supérieures à la normale (Ouest Gard, Hérault, Aude).

Selon les prévisions météo, un nouvel épisode pluvieux aurait lieu les 10 et 11 mai, et peut-être, à nouveau vers le 15 mai...

Figure 1 : Pluies du 11 avril au 2 mai 2020 (Météo France)

Quel risques maladies ?

En plus des pluies, depuis le 18 avril, l’ambiance climatique est humide quasiment tous les jours.

Sur feuilles

Le risque est élevé, sur tous les secteurs et pour tous les semis. Il est très élevé de Nîmes à l’Aude.

Sur épis

A ce jour, le risque paraît :
• modéré sur la Provence et la vallée du Rhône ;
• moyen de la Camargue au nord du Gard ;
• assez élevé de Nîmes à l’Aude.

Le développement des fusarioses va beaucoup dépendre des pluies à venir.

Si les pluies sont normales (passage de 2-3 jours, puis l’épi sèche), cela n’amplifiera pas ou peu le risque.

Si les pluies durent (étalement sur 5 à 7 jours ou plus), cela augmentera beaucoup l’agressivité des fusarioses, notamment la microdochiose.

Figure 2 : Comparaison des pluies de l’année 2020 avec celles de 2018 – station de Nîmes (30)

2018 fût un record sur 50 ans en nombre de jours de pluie à cette période…induisant des attaques de fusarioses extrêmes.

Les préconisations de traitement

Le tableau 1 place sur le calendrier du 18 avril au 14 mai :
• les stades des blés selon leur précocité ;
• les périodes de pluie, en bleu ciel.

Les blés très précoces sont des semis du 15-20 octobre sur le littoral.

Les blés tardifs sont des semis de janvier ou de novembre en secteurs frais (Haute Provence).

Les préconisations (colonnes à droite du tableau) dépendent du stade auquel le dernier fongicide a été fait ; mais aussi parfois du risque de fusariose induit par la durée d’humectation des épis.

La couleur du fond distingue les enjeux :

Tableau 1 : Protection fongicide préconisée selon les stades au moment des pluies et les traitements déjà réalisés

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

* Climat à risque : les fusarioses contaminent les épis de façon importante dès que l’épi reste mouillé pendant 48 heures consécutives. Un orage, même important, est peu ou pas favorable aux fusarioses s’il est suivi de vent qui sèche les épis. Au contraire, des pluies modérées (probablement au moins 40 mm) étalées sur 3-4 jours ou plus sans que l’épi sèche entretemps peuvent leur être très favorables.
** Risque particulier : gros blé dense, ou ambiance parcellaire humide, ou production de semences…
Bon fongicide anti-fusarioses : la matière active qui contrôle Microdochium et Fusarium est le prothioconazole.
On la trouve dans
 : Joao – Curbatur, Prosaro – Piano, Kestrel, Fandango, Kardix, Elatus Era, Etiage…

Questions de saison

Fongicide anti-fusarioses : jusqu’à quand ? et quel volume de bouillie ?

L’idéal est d'intervenir entre épiaison et mi-floraison. A fin floraison, l’efficacité baisse mais est encore nette. A partir de grain formé à 50 %, la rentabilité est probablement très faible à nulle.

En termes de volume de bouillie, le minimum est de 150 l/ha, en-dessous, l’efficacité baisse. Dans l’idéal, viser 200 à 250 l/ha, si vous avez le temps.

Azote : jusqu’à quand ?

Un blé absorbe de l’azote jusqu’à grain laiteux. On peut donc en apporter jusqu’à 8 jours après floraison, si de la pluie permet de le valoriser.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10