En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Un pivot d'irrigation, dans une parcelle de blé dur à montaison en avril 2019 en région Occitanie Messagerie Occitanie

Blé dur : l’irrigation, un bon levier cette année

04 avril 2019

Depuis février, la pluie fait défaut... la réserve en eau facilement utilisable est épuisée dans l’ensemble des situations (sols profonds et sols superficiels). Si c’est possible, l’irrigation peut être mise en place.

La situation actuelle est historique puisque c’est la seule année où les sols sont secs aussi tôt en saison (avant le stade 2 nœuds).

Les potentiels de rendement sont donc en train d’être entamés, car la plante entre en stress au moment de la mise en place des composantes de rendement essentiel : le nombre d’épi définitif (on observe déjà des pertes de talles) et le nombre d’épillets qui se met en place en ce moment.

En fonction de la pluviométrie à venir, on peut estimer des pertes de potentiel de 0 à 80 % selon les situations. D’un côté, les semis précoces sont bien implantés et ont bien tallé : rien n’est donc « joué » si la pluie revient en avril. A l’opposé, les semis tardif peuvent être très impactés avec des développements et un tallage réduit. Si le sec perdure, ces situations risque de subir d’importantes pertes de potentiel.

Tableau 1 : Potentiel de l’année selon la sécheresse

L’intérêt de l’irrigation

Quand l’irrigation est possible, cela permet de valoriser les apports d’azote et de maintenir le potentiel (enracinement favorisé et composantes de rendement préservées).

Tableau 2 : Coût des irrigations exprimés en q/ha de blé dur à 200 €/ha

En faisant des hypothèses de prix de l’eau et d’effet de l’irrigation, l’irrigation apparaît comme un bon levier cette année. Attention néanmoins, même si cela semble toujours rentable, au-delà de 0,20 €/m3, l’irrigation est moins motivante.

Quelles stratégies ?

Même si des pluies reviennent en avril, il est intéressant d’irriguer.

Il est recommandé d’apporter l’azote avant les irrigations.

Si le sec perdure en avril et mai, des stratégies en trois ou quatre tours d’eau sont plus intéressantes.

Tableau 3 : Recommandations d’irrigation par aspersion selon la suite de l’année et le sol – en situation d’eau non limitante

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Téléchargez l’intégralité du bulletin Challenge blé dur n°4 du 28/03/2019.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10