En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Qualité récolte blé dur 2018 Enquête collecte FranceAgriMer / ARVALIS

Blé dur 2018 : des qualités contrastées sous l’effet du climat

11 octobre 2018

La campagne 2017/2018 en blé dur aura été marquée par une météorologie capricieuse et variable selon les régions. La collecte du bassin Sud-Ouest a notamment été très affectée par les conditions climatiques en fin de cycle tant en termes de quantité que de qualité.

C’est ce qui ressort de l’enquête pilotée par FranceAgriMer en partenariat avec ARVALIS – Institut du végétal, sur la base de 151 échantillons de blé dur prélevés à l’entrée des silos, représentatifs des quatre bassins de production français.

La production de blé dur s’établit ainsi à 1,78 million de tonnes, soit une baisse de 16 % par rapport à 2017. En cause, des rendements fortement altérés dans le sud du pays, conséquence de fortes pluies au moment de la floraison et en fin de cycle. Dans les bassins Ouest-Océan et Centre, les conditions climatiques ont été moins impactantes. Ils conservent ainsi des rendements proches de la moyenne quinquennale.

Une hétérogénéité particulièrement marquée cette année

Sur le plan qualitatif, la variabilité des résultats au sein et entre les différentes zones de production est également marquée cette année. On observe ainsi un gradient croissant de qualité du sud-ouest au nord-est. La variabilité dans l’intensité et la fréquence des pluies survenues en fin de cycle a généré de l’hétérogénéité sur les poids spécifiques. Ils sont bons dans le bassin Ouest-Océan, voire très bons dans le Centre (78 et 80 kg/hl), alors que les conditions climatiques ont davantage affecté ce critère dans le sud du pays.

Les teneurs en protéines sont très élevées, avec des moyennes supérieures à 14 % pour les 4 bassins de production. Au total, 88 % des blés durs ont une teneur en protéines supérieure à 14 %.

Le mitadinage, qui est tributaire de la teneur en protéines des grains et de la pluviométrie en fin de cycle, est diversement présent sur le territoire cette année. Il peut dépasser 20 % dans certaines zones du Sud-Ouest et de l’Ouest, contre 10 % dans le Centre et le Sud-Est. La moucheture, influencée par les faibles températures et la pluie après floraison, est observée selon un gradient Ouest-Est. Le bassin Sud-Ouest et, dans une moindre mesure, le bassin Ouest-Océan ont été les plus affectés, avec des moyennes respectives à 10,5 % et 6 %. En revanche, les bassins Centre et Sud-Est ont des valeurs moyennes proches de 5 %.

Pour en savoir plus, téléchargez la plaquette « Qualité des blés durs français – Récolte 2018 », éditée par FranceAgriMer et ARVALIS – Institut du végétal. 

Retrouvez les résultats des enquêtes précédentes :• Qualité de la récolte 2017
Qualité de la récolte 2016
Qualité de la récolte 2015
Qualité de la récolte 2014

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant