En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blé tendre proche du stade épi 1 cm, avant l’apport d’azote, en 2019 en Franche-Comté Messagerie Bourgogne-Franche-Comté

Bientôt le stade épi 1 cm : quelles stratégies de fertilisation azotée ?

21 mars 2019

A l’approche du stade épi 1 cm, c’est-à-dire au moment de la reprise de croissance de la culture, les besoins en azote augmentent significativement. C’est à ce moment qu’il faut apporter la plus forte dose d’azote avec mise en réserve d’une partie de la dose totale dédiée à un pilotage plus précis entre les stades dernière feuille pointante et gonflement. C’est la bonne méthode pour assurer une teneur en protéines élevée sans pour autant prendre de risque vis-à-vis du rendement.

Epi 1 cm : de la mi-mars à début avril

La date d’apparition du stade épi 1 cm n’est pas « gravée dans le marbre ». Elle est variable selon le lieu, l’année, la variété et la date de semis. C’est le moment d’observer les parcelles.



En 2019, le stade épi 1 cm est prévu environ une semaine avant la date médiane des 20 dernières années, ou - plus près de nous - 2 à 3 jours en avance par rapport à 2017.

Pour les situations précoces (terroir, date de semis et variété précoce), le stade épi 1 cm est susceptible d’être déjà atteint (depuis la mi-mars). Pour des terroirs ou dates de semis plus tardives, ce stade est prévu d’être atteint 10 à 15 jours plus tard, soit fin mars à début avril.

Figure 1 : Date d’arrivée du stade épi 1 cm – station de Sens (89)


Figure 2 : Date d’arrivée du stade épi 1 cm – station de Dijon (21)

En pratique, que faire ?

Dans tous les cas, pour maximiser la valorisation de cet apport, l’opportunité de profiter d’un épisode pluvieux prévu juste après doit primer sur l’atteinte exacte du stade.

Schéma 1 : Stratégie d’apport selon l’historique

► Pour les parcelles ayant déjà reçu un apport « tallage » :
Au stade épi 1 cm, réaliser un second apport en réservant une quantité d’apport fin montaison en fonction du besoin complémentaire (bc) de la variété (tableau 1). Par exemple, pour une variété ayant un coefficient bq de 3,2 et un bc de 0,2, c’est-à-dire un besoin complémentaire de l’ordre de 20 kg N/ha, le report d’azote vers la fin de montaison doit être de 60 kg N/ha.

► Pour les parcelles n’ayant pas encore reçu d’azote :
Les plantes entrent dans la période où leurs besoins augmentent significativement. Apporter l’azote avant une pluie en s’adaptant au niveau de la dose prévue à épi 1 cm. Si la dose prévue dépasse 120 kg N/ha, le mieux est de faire deux apports en encadrant le stade épi 1 cm.

NB : En zone vulnérable, la Directive Nitrates oblige à fractionner l’apport d’azote minéral dès qu’il est supérieur à 120 kg N/ha.

Tableau 1 : Classement des variétés selon leur besoin en azote (coefficients b et bq11,5 %)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Pour piloter l’apport d’azote sur les mélanges de variétés de blé
Penser à positionner une zone sur-fertilisée (+80 kg n/ha) autour du stade épi 1 cm, cela permettra de calibrer certains outils de pilotage de l’azote fin montaison comme le HN-Tester.

Comment repérer le stade épi 1 cm ?

Le stade épi 1 cm est atteint lorsque la distance entre le sommet de l’épi et le plateau de tallage est, en moyenne, de 1 cm sur le maître-brin (figure 3). L’épi ne mesure encore que 2 à 3 mm. Il est déjà en phase de différenciation florale et les épillets sont en cours de formation.

Figure 3 : Coupe longitudinale d’une tige de blé tendre

Source : gembloux.ulg.ac.be

Dans la pratique, pour déterminer le stade « épi 1 cm », il est recommandé de prélever 20 plantes dans une zone homogène de la parcelle, en évitant les passages de roues et les bordures. Il ne faut garder que le maître-brin, c’est-à-dire la tige la plus développée de la plante. Ensuite, chaque tige doit être coupée dans le sens de la longueur pour mesurer la distance entre le sommet de l’épi et la base du plateau de tallage. Ce dernier se situe généralement au niveau du point d’insertion des racines. Attention, il arrive parfois qu’un faux nœud apparaisse sous le plateau de tallage, à cause d’une profondeur de semis trop importante. Il faut alors l’exclure de la mesure de hauteur de l’épi.

Article rédigé par les partenaires de « Blé Objectif Protéines » (BOP) : L. PELCE & D. CHAVASSIEUX (ARVALIS), C. BOULLY (Bourgogne du Sud), M. PAGEOT (Ets Bresson), JB. GOULIER (CA 21), MA. LOISEAU (CA89), JN. HERRGOTT (Ynovae), M. MIMEAU (Dijon Céréales), D. LACHAUD (SAS RUZE), A. PETIT (SeineYonne), E. BONNIN (Soufflet Agriculture).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10