En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
La larve du zabre peut causer d'importants degats sur graminees (graminees fourrageres et cereales) Ravageurs des céréales

Zabre : mettre en œuvre des leviers agronomiques en complément de la protection insecticide

11 avril 2013

La larve du zabre se nourrit de graminées et représente une menace pour les cultures dans certaines régions. Les destructions causées peuvent en effet être spectaculaires. ARVALIS - Institut du végétal étudie les moyens agronomiques et chimiques pour lutter contre ce ravageur. Le traitement de semences est le moyen de protection le plus efficace.

Le zabre est un carabe qui peut causer des dégâts spectaculaires sur graminées. La larve de cet insecte se nourrit de graminées : céréales à paille, maïs, graminées fourragères… Les parcelles attaquées présentent de grands « vides » avec destruction complète de la parcelle dans les zones les plus touchées. Le zabre à l’état adulte va pondre dans les endroits ombragés, à l’emplacement par exemple des menues pailles rejetées par la moissonneuse-batteuse ou sous les résidus végétaux. L’éclosion des œufs intervient généralement au mois de septembre. Les larves de zabre s’attaquent alors progressivement aux jeunes pieds environnants durant l’hiver et le début du printemps.

Différents moyens de lutte agronomique peuvent être mis en œuvre durant l’interculture :

Destruction des repousses de céréales pour limiter la présence du zabre.
Introduction dans la rotation de cultures appartenant à d’autres familles botaniques que les graminées : légumineuses, crucifères, …
Travail du sol au début du mois de septembre au moment de l’éclosion des œufs pour détruire un maximum de larves.

Si la lutte agronomique s’avère insuffisante pour maîtriser les zabres, il existe aussi des moyens de lutte insecticide. La lutte en végétation donne des résultats assez mitigés. Généralement, elle ne fait que limiter la gravité des attaques. En revanche, la protection au semis est satisfaisante. 

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10