En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Feuilles du maïs deformees suite a des attaques d'oscinies Ravageurs du maïs

Surveiller les larves de mouche en début de cycle

31 mai 2018

Trois mouches sont susceptibles de causer d'importants dégâts sur maïs en début de cycle : l'oscinie, la géomyze, et la mouche du semis. Elles pondent des œufs à proximité des plantules de maïs. En pénétrant dans la plante, les larves peuvent causer d’importants dégâts, et ce d’autant plus que la levée du maïs est lente.

L’oscinie fait « taller »

L’oscinie est un des parasites les plus fréquents du maïs. Rencontrée en toutes régions, l’oscinie cause rarement des dégâts importants sur les cultures de maïs sauf certaines années, où la conjonction des facteurs climatiques favorables au parasite et défavorables au développement du maïs peut entamer sérieusement le potentiel des cultures. Plus concrètement, le risque d’attaques graves d’oscinies est particulièrement élevé lorsqu’un épisode froid, ralentissant la croissance du maïs, se produit après une succession de jours chauds, favorables au développement des mouches. Le maïs est exposé au risque d’attaque entre les stades 1 et 4 feuilles. Favoriser une croissance rapide des jeunes permet de se prémunir des attaques d'oscinies. Un traitement de semence ou microgranulés à base d’insecticide systémique présente la meilleure protection contre les dégâts. L’application de microgranulés au semis à base de pyréthrinoïdes donne également des résultats intéressants.

Les oscinies sont des mouches. Ils pondent dans les gaines des jeunes feuilles de maïs, entre les stades 1 et 4 feuilles. Les larves issues des œufs s’insinuent entre les feuilles de maïs jusqu’au cœur de la plante et l'intoxiquent. Les symptômes ne sont pas toujours visibles aux stades jeunes des plantes. Ils se remarquent plus facilement au stade 6-7 feuilles. Les symptômes d’attaques d’oscinies sont assez bénins si les conditions climatiques redeviennent rapidement favorables à la croissance du maïs. Les dernières feuilles présentent des décolorations jaunes longitudinales, des traces d’alimentation parallèles à la nervure centrale, et certaines se déforment. En cas d’attaques plus marquées, les extrémités des feuilles du cornet s’accolent (symptôme feuilles du cornet en « anse de panier »). Enfin, lorsque la pénétration de la larve est profonde, l’apex peut être bloqué dans son développement, ce qui provoque le tallage du maïs. Dans ce cas, les dégâts sont irréversibles et le potentiel de rendement est sérieusement entamé.

Larve d'oscinie Degats de larves d'oscinies
Larves d'oscinie d'aspect jaune clair (longueur : 4mm) Dégâts de larves d'oscinies : le maïs talle

Cliquez sur les images pour les agrandir

La géomyze dessèche les plantules

Les attaques de géomyze sont globalement plus rares que les attaques d’oscinies, mais sont beaucoup plus graves. La période de sensibilité du maïs à ce ravageur s'étale de la levée au stade 4 feuilles. Les symptômes dus à la géomyze sont irréversibles, et les plantes touchées vont souvent disparaître. Les dégâts de géomyze sont essentiellement signalés dans l’Ouest de la France, mais la géomyze peut également être observée dans le Bassin Parisien, et exceptionnellement en Rhône-Alpes. Les secteurs à printemps froids avec un environnement bocagé sont les plus affectés. Pour lutter contre ce ravageur, il faut agir en préventif, en réalisant un traitement de semences ou en apportant au semis des microgranulés à base d’insecticide systémique ou de pyréthrinoïdes. Il n’existe aucune solution curative.

L’adulte est une petite mouche presque entièrement noire de 3,5 mm de long. La femelle pond des œufs en mai-juin à la base des plantules de maïs. La larve, de couleur blanc laiteux s’introduit dans la plante entre le coléoptile et la première feuille, ce qui provoque le dessèchement de la feuille centrale, puis des autres feuilles. Mais le symptôme le plus caractéristique est l’épaississement du collet de la plantule, ce qui lui donne un aspect « plant de poireau ».

Geomyza adulte Degats de geomyza
Géomyze adulte (mouche noire)
Dégâts de larves de géomyze : gonflement du collet du maïs

Cliquez sur les images pour les agrandir

La mouche des semis se nourrit des réserves de la graine

La mouche des semis est un ravageur fréquent du maïs dans les situations froides, humides, où le maïs végète. La période de nuisibilité s’étend de la levée au stade 3-4 feuilles. Les dégâts sont plus prononcés dans les zones hydromorphes et peuvent être très importants si les conditions climatiques restent froides, empêchant la croissance et le développement du maïs. Dans les situations les plus graves, un ressemis s’impose car les plantules n’arrivent pas à devenir autonomes par rapport à la graine. Aucune solution curative n’existe sur le marché. En revanche, l’application d’une protection insecticide au semis protège efficacement la culture dans les situations à risque. Favoriser une croissance rapide des jeunes plants et éviter les stress abiotiques et pathogènes permet aussi de lutter préventivement contre ce ravageur.

Les dégâts sont causés par les larves de la mouche des semis, les asticots blancs. Très attiré par les graines en germination et les jeunes plants, l’asticot blanc y pénètre et creuse dans les cotylédons, les tigelles, les jeunes pousses. Conséquence : certains grains ne germent pas et les plantes touchées végètent, voire disparaissent si elles sont trop affaiblies. L’examen attentif de la graine montre la présence de larves se nourrissant des réserves du grain aux dépens de la plantule.

Mouche des semis au stade larvaire. Asticots blancs de 6 à 8 mm de long Degats des larves des mouches de semis : les asticots blancs
Mouche des semis au stade larvaire (asticots blancs de 6 à 8 mm de long) Dégâts des asticots blancs

Cliquez sur les images pour les agrandir

D'autres ravageurs peuvent causer d'importants dégâts sur maïs en début de cycle, tels que les taupins, les scutigérelles, ou les vers gris.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10