En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Association blé / légumineuse en agriculture biologique Journée Technique Grandes Cultures Biologiques

Association blé / légumineuse : rendement, qualité et valorisation des ressources

21 octobre 2011

Les cultures associées consistent en la culture simultanée d’au moins deux espèces sur une même parcelle agricole durant une période significative de leur cycle de développement. Les associations de céréales avec des légumineuses permettraient de valoriser les ressources du milieu. L’introduction de cette pratique en bio semble donc intéressante, notamment en termes de gestion de l’azote. Détail d’un essai réalisé dans le Sud Ouest de la France.

Les résultats agronomiques apportés par les cultures associées sont encourageants. Les associations de blé dur ou tendre / pois et blé dur / féverole permettent d’augmenter la production de biomasse, le rendement des grains mais aussi la teneur en protéines. Le taux de mitadinage est quant à lui réduit. Autre avantage : l’association avec des légumineuses permet de valoriser les ressources en en azote du milieu. Cet aspect peut se révéler très utile en agriculture biologique où l’azote est souvent un facteur limitant. Point dommageable, les conditions dans lesquels les essais ont été réalisés ne permettent pas d’émettre des conclusions sur les effets des associations sur les ravageurs et les maladies. C’est un aspect qui mérite d’être approfondi.

Les cultures associées : une meilleure rentabilité

Dans les situations non fertilisées, les marges directes des cultures associées sont supérieures aux cultures pures, que le blé soit destiné à l’alimentation animale ou humaine. La différence entre ces deux débouchés réside dans le nombre nécessaire de passages dans un trieur rotatif. L’alimentation humaine représente un débouché intéressant avec une valorisation économique à la clé, mais le tri des graines se révèle problématique. Les coopératives agricoles ne sont pas encore en mesure de trier correctement les graines pour pouvoir orienter le blé vers la fabrication de semoule ou de pâtes.

Retrouvez le détail des travaux en pièce jointe.

Retour au dossier

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10