En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Tracteur avec épandeur, réalisant un apport d’azote dans une parcelle de céréales en sortie d’hiver 2020, en Poitou-Charentes Messagerie Poitou-Charentes

Apports d’azote sur céréales : peu de valorisation après le 15 mars

09 avril 2020

Après les pluies surabondantes de l’automne et l’hiver, une période très sèche s’est installée à partir de mi-mars. Les rares épisodes pluvieux survenus depuis sont le plus souvent insuffisants pour valoriser en tout ou partie les apports d’azote réalisés.

Aucun épisode significatif n’est annoncé dans les prochains jours et les rares averses prévues ne devraient pas apporter plus de 2-3 mm, ce qui est largement insuffisant pour espérer valoriser un nouvel apport.

Dans ces conditions, il est donc préférable de suspendre tout apport, quelles que soient les situations, en attente d’un nouvel épisode pluvieux significatif, sauf si une irrigation d’une vingtaine de millimètres est envisageable immédiatement après l’apport.

Dès qu’une pluie suffisante sera annoncée (au moins une dizaine de millimètres), un apport pourra être envisagé. Toutefois en cas d’utilisation d’urée simple ou de solution azotée, si l’épisode est peu important (moins de 15 mm) et/ou très incertain, il sera prudent de réduire la dose apportée pour ne pas dépasser 50-60 kg N/ha.

Tableau 1 : Cumuls de pluie depuis la date d’apport et valorisation de l’azote

(Données réelles jusqu’au 6/04/2020 – Source Météo France)

Outils de pilotage : des précautions à prendre selon la valorisation des apports

Si l’utilisation des outils de pilotage de la fertilisation azotée est particulièrement recommandée cette année, compte tenu de la diversité des situations et des difficultés à évaluer le potentiel des cultures, leur usage doit faire l’objet de précautions par rapport à la valorisation des apports précédents.

D’une façon générale, si le dernier apport effectué n’a pas reçu au moins 15-20 mm cumulés depuis sa réalisation, la prévision indiquée par l’outil n’intègrera pas la totalité de la dose déjà apportée. La meilleure solution est alors, si possible, d’attendre une pluie suffisante pour réaliser le diagnostic.

Message rédigé par ARVALIS - Institut du végétal avec l’appui des techniciens de CEA Loulay, Chambres d’Agriculture de Charente, de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres, Coop de Mansle, Coop de Matha, Coop Saint Pierre de Juillers, Coop Sèvre et Belle, Ets Piveteau, Ets Isidore, Océalia, Néolis, Soufflet Agriculture, Terre Atlantique, UDCA, VSN.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10