En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Régulateurs des céréales

L'application précoce au tallage n'augmente pas le nombre de talles à épis

08 avril 2013

Contrairement aux idées reçues, les applications précoces de régulateurs ne permettent pas d’augmenter le nombre de talles à épis. Pire, dans les situations où les plantes sont stressées, elles pourraient engendrer des problèmes de phytotoxicité. La maîtrise du risque verse passe en premier lieu par une bonne gestion de la fertilisation azotée.

Du fait d’un hiver froid et humide mais aussi des semis tardifs dans certaines régions, les niveaux de tallage vont sans doute être plus faibles qu’à l’accoutumée. De plus, la montaison va se produire en jours longs (début avril), facteur habituellement favorable à une réduction du risque de verse. Les besoins en régulation précoce vont donc être réduits sur une majorité de parcelles… Cependant, certains producteurs sont tentés d’appliquer précocement du chlorméquat pour « faire taller les blés ».

Pas d'impact sur le rendement

Il est bon de souligner que des applications précoces de chlorméquat ne permettent pas « d’augmenter le nombre de talles » en créant de nouvelles talles. Mais, en limitant la croissance du maître brin (meilleur accès à la lumière, réduction de croissance de celui-ci, réallocation des ressources), le chlorméquat va « favoriser » des talles herbacées déjà présentes qui auraient pu régresser autrement. La théorie voudrait que ces talles, après application d’un régulateur, deviennent des talles à épis, et que, in fine, le rendement soit augmenté.

Quelques essais ont été menés par ARVALIS - Institut du végétal avec du chlorméquat en applications précoces (redressement/épi 0,5 cm).

Téléchargez :
- Graphique 1 : Variation du nombre d'épis par m2 en fonction d'une application de régulateurs lors du redressement
- Graphique 2 : Variation du rendement en fonction d'une application de régulateurs lors du redressement

Il en ressort que, sur des applications au stade redressement, l’effet sur le nombre d’épis est neutre, sans différence significative avec le témoin. L’analyse du rendement va dans le même sens, à savoir que le gain est nul. Le seul essai où une différence notable est observée entre les deux modalités, est un essai versé. La donnée rendement de cet essai n’est donc pas incluse dans la réflexion.

Attention aux risques de phytotoxicité sur plantes stressées

De plus, au vu des conditions climatiques, les blés sont actuellement en reprise de croissance et peuvent être impactés (couleur et port). Dans ces conditions difficiles, il vaut mieux oublier les régulateurs en cas de risque verse faible car ils peuvent éventuellement provoquer des risques de phytotoxicité. Ces risques sont d’autant plus grands en conditions gélives, et avec des spécialités « haut de gamme » à base de trinéxapac ou prohéxadione (tableau).

Tableau : Conditions requises pour l’emploi des substances de croissance :



Exemple de lecture : Pour une application de Cycocel C5, il faut que le jour de l’application, la température minimale enregistrée soit supérieure à –1°C et que la température atteigne au moins +10°C dans la journée. Dans les 3 jours suivants, une température moyenne supérieure à 10°C est favorable

A ces stades, les produits à base de chlorméquat peuvent être associés au sein de mélanges à d’autres usages de produits phytosanitaires (ex : antigraminées + adjuvant + C5 + antidicotylédones + fongicide). Or, ces mélanges de produits de différents usages ne font pas toujours « bon ménage »

Gérer le risque verse malgré tout en étant attentif à l’azote

Ces conditions requièrent surtout une attention soutenue de la gestion de l’azote, un facteur déterminant de maîtrise de verse. Pour éviter les problèmes de verse, il convient d’apporter l’azote au plus près des besoins de la plante, en fractionnant les apports et en calant les interventions en fonction des prévisions de pluie.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

6 commentaires 08 avril 2013 par ARVALIS

Bonjour, Le fait d’avoir une montaison tardive peut avoir 2 effets : d’une part, les tiges vont monter en jours longs, ce qui est plutôt favorable à une plus grande rigidité ; d’autre part, s’il fait chaud lors de la montaison (ça va bien se réchauffer un jour !!), il va se produire un phénomène de dominance apicale : le maitre-brin et les premières talles vont monter au détriment des talles plus petites. Pour le moment, on peut continuer de penser qu’une majorité de parcelles est en risque verse faible à modéré (en lien notamment avec des faibles tallages) ; les sources de variation sont : la région (date de semis, rigueur de l’hiver), type de sol (les milieux séchants/drainants auront moins souffert que les milieux plus hydromorphes) et les pratiques de fertilisation au tallage, en plus de la sensibilité variétale.

05 avril 2013 par CERISERE

POUR MOI PAS DE RÉGULATEUR CETTE ANNÉE BLÉ AYANT TROP SOUFFERT AZOTE AU MINIMUN

05 avril 2013 par CERISERE

POUR MOI PAS DE RÉGULATEUR CETTE ANNÉE BLÉ AYANT TROP SOUFFERT AZOTE AU MINIMUN

05 avril 2013 par LECLERC

Comment doit on analyser le risque verse sachant que les blés vont démarrer d'un coup lors que les températures vont devenir plus clémentes. Vont ils monter leurs talles actuellement chétives ou vont il monter le maitre brin uniquement?

05 avril 2013 par GUYOT

Il me semble qu'une dose de 2 lt ne soit pas une dose pour favoriser un tallage. Cette dose est déjà très élevée, et ne peut correspondre qu'a une utilisation maxi en conditions climatique difficile, pas étonnant qu'elle puisse ètre phyto dans certain cas. le doses pratiquées devraient plutot ètre de l'ordre de 0.3 lt/ha en 2 fois....

05 avril 2013 par COURBET

Tres bien de rappeler ca Car il se fait tout et n imPorte quoi avec ces soupes de regu au stade tallage

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10