En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Exces d'eau dans la parcelle. L'eau stagne dans les traces de roue du tracteur. Fertilisation des céréales

Ajuster la dose d'engrais azoté au potentiel de rendement et aux reliquats azotés

14 février 2013

Les fortes pluies enregistrées l’automne dernier dans de nombreuses régions ont pu avoir comme conséquence un lessivage important de l’azote minéral du sol. Par conséquent, les niveaux de reliquats azotés sortie hiver devraient être assez faibles. Dans certaines situations, les excès d’eau ont également pénalisé les céréales d’hiver. Une ré-estimation des potentiels de rendement est nécessaire avant d’envisager un apport à tallage dès la reprise de croissance.


En céréales à paille, la problématique principale de l’automne concerne les excès d’eau et la difficulté d’implanter les cultures dans de bonnes conditions. Dans certains cas, les producteurs ont été dans l’impossibilité de récolter le précédent et ainsi, de libérer les parcelles. Dans les régions concernées (façade Ouest principalement), les fortes pluies automnales pourraient aussi avoir entraîné également un lessivage important de l’azote nitrique.

De faibles reliquats azotés en sortie hiver

Par conséquent, les niveaux de stocks d’azote minéral du sol (reliquats azotés) en sortie d’hiver devraient être assez faibles pour la plupart des régions concernées par les fortes pluies. Dans les situations pour lesquelles le potentiel de rendement des parcelles ne sera pas affecté par des problèmes d’implantation, il faudra donc s’attendre à devoir gérer des doses d’engrais minéral un peu plus élevées que ces dernières années.

Ré-estimer les potentiels de rendement

Pour les parcelles ayant subi des dégâts significatifs (semis retardés, excès d’eau), sans pour autant justifier un retournement, il est nécessaire de revoir à la baisse d’éventuels potentiels de rendement fixés précocement dans les plans prévisionnels de fumure réalisés à l’automne. Pour les plans en cours de réalisation, l’estimation du potentiel de rendement doit prendre en compte ces facteurs limitants.

Les causes potentielles de réévaluation du rendement objectif sont triples :

► un faible tallage : il faudrait des niveaux très faibles pour justifier un abaissement significatif du potentiel de rendement

► des pertes de pieds : mauvaise levée, attaques de limaces, ennoiement prolongé

► un enracinement déficient : dégradation de la structure lors de l’implantation, mauvais drainage en cours d’hiver. Ce sera sans doute la principale source de pénalisation du rendement, mais aussi la plus difficile à évaluer.

Pas d’apport tallage sur des parcelles en excès d’eau…

Rappelons qu’il est inutile d’appliquer de l’engrais azoté sur des parcelles en excès d’eau, même si certains types de matériel permettent d’y pénétrer. L’anoxie limite grandement la croissance de la plante, elle absorbe donc très peu d’éléments minéraux. De plus, les excès d’eau peuvent entraîner des pertes d’azote, par ruissellement dans les cas les plus graves, mais le plus souvent par dénitrification. Ce dernier phénomène est généralement négligeable en termes de quantité d’azote perdue, sauf en situation d’anoxie où les pertes peuvent dépasser la dizaine de kgN/ha. De plus, il entraîne l’émission du gaz N2O, contribuant significativement aux émissions de gaz à effet de serre par l’agriculture.

…Mais à prévoir dès la reprise de bonnes conditions climatiques

L’apport d’azote n’est pas le déclencheur de la reprise de croissance du blé à la sortie de l’hiver. Ce sont les conditions climatiques (température, rayonnement…) qui pilotent la croissance. Par contre, qui dit reprise de croissance dit reprise d’absorption : il sera alors nécessaire d’assurer un niveau de fourniture d’azote suffisant. Dans les conditions de cette année pour les zones les plus arrosées, il est probable que les reliquats sortie hiver soient faibles. Un apport de 30 à 40 kgN/ha au stade début à mi-tallage est à préconiser quand les parcelles retrouveront des conditions de croissance correcte.

Comme pour toute année atypique, il faut s’attendre à des comportements de parcelles parfois inhabituels. Dans ces conditions, l’utilisation d’un outil de pilotage pour les apports suivants sera précieuse.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10