En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Video changement climatique ble Changement climatique

Adapter les dates de semis et les variétés de blé

23 mai 2013

Pour faire face au changement climatique, il convient d’adapter ses pratiques culturales en jouant sur les précocités variétales et les dates de semis. Jean-Paul Prévot, ingénieur en région Nord chez ARVALIS – Institut du végétal, fait un tour d’horizon des stratégies pouvant être mises en œuvre pour s’adapter au changement climatique.

Depuis le début des années 1990, les rendements de blé plafonnent. Cet arrêt de la progression des rendements serait dû au changement climatique, et plus particulièrement aux fortes températures et au déficit hydrique en fin de cycle limitant le remplissage des grains. Preuve du changement climatique : l’avancement des stades. La date d’épiaison est en moyenne 4 à 5 jours plus précoce, et le stade épi 1 cm intervient 10 jours plus tôt par rapport à ce qui était observé 40 ans auparavant.

Face à ce changement climatique, il convient d’adapter le choix des variétés de blé. Dans les zones séchantes, la meilleure stratégie consiste à choisir des variétés très précoces. Les blés terminent leur cycle plus tôt et esquivent donc les fortes températures et le manque d’eau en fin de cycle. Dans les zones où les conditions d’alimentation en eau sont satisfaisantes la plupart du temps, les variétés plus tardives présentent tout leur intérêt. Elles permettent d’allonger la période végétative du blé, ce qui se traduit par un potentiel de rendement plus élevé. Pour plus de sécurité, il est fortement recommandé de choisir plusieurs variétés pour étaler les risques. C’est la notion de bouquet variétal.

Un autre levier d’action consiste à avancer les dates de semis. Il est tentant de semer plus tôt à l’automne le blé pour esquiver les conditions échaudantes en fin de cycle. Cependant, cette stratégie est risquée. L’année 2012 a rappelé au combien les gels tardifs pouvaient être destructeurs sur les blés semés trop tôt.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

3 commentaires 25 mai 2013 par CLOGENSON

Rien de nouveau sous le soleil ! Pour écrire cela nous n'avons pas besoin d'arvalis , il nous faut du concret pas de baratin , j'ai perdu mon temps P Clogenson

24 mai 2013 par ARVALIS

Bonjour, L'effet des activités humaines sur le climat concerne les cinquante dernières années et les siècles à venir. Une variabilité sur quelques années ou quelques saisons n'a que très peu d'impact sur les tendances à ces échelles de temps. Si l'on ne prend que le cas de la France, on peut aussi souligner que si l'hiver 2009-2010 a été froid, il ne se positionne qu'au troisième rang des hivers les plus froids de ces vingt dernières années, tandis que l'automne 2009 se classe lui au deuxième rang des automnes les plus chauds depuis 1900. Une observation ponctuelle ne permet pas de dire ce qu'est la tendance du climat sur plusieurs décennies. A l'échelle d'une dizaine d'années, les températures de la planète peuvent rester stables, se refroidir ou se réchauffer du fait des "modulations décennales". L'enjeu scientifique est d'arriver à prévoir leurs influences, leur amplitude, leur caractère régional. Je vous invite à consulter le dernier compte rendu annuel de l'Organisation Météorologique Mondiale sur l'état du climat : http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_972_fr.html

24 mai 2013 par LAMBERT

quels changements climatiques (2012= 1979, 2013= 1983 ou 1987)

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10