En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Stratégies fongicides des orges d’hiver

Adapter le programme à la nuisibilité attendue

17 février 2010

Pour protéger la culture en cours de végétation au gré du scénario climatique de l’année, l’élaboration du programme prévisionnel fongicide se base sur la nuisibilité moyenne attendue dans chaque région et le prix de l’orge.

Pour les variétés d’orge d’hiver, le raisonnement à tenir en 2010 restera construit sur les mêmes règles qu’en 2008-2009, mais les repères technico-économiques évoluent. Le prix des orges et escourgeons brassicoles est en effet inférieur à celui observé en 2007 et 2008. La pression de maladie observée au printemps 2010 sera donc déterminante pour orienter les traitements des orges d’hiver (helminthosporiose, rhynchosporiose, ramulariose, grillures…) (Figure 1 : Dépense fongicide optimale théorique sur escourgeon et orge d’hiver en fonction de la pression parasitaire attendue en fonction du prix du quintal d’orge et Tableau 1 : Dépense fongicide optimale théorique (€/ha) sur escourgeon et orge d’hiver en fonction de la pression parasitaire attendue et sous 6 hypothèses du prix).

Côté résistance, en l’absence d’évolution des souches d’helminthosporiose (H. teres) vis-à-vis des strobilurines, les recommandations de 2010 seront les mêmes que l’année dernière : une seule strobilurine par hectare et par an, plutôt en T2, en diversifiant les matières actives, apparaissant en alternance ou en association dans les programmes. Dans cet esprit, et face au développement du prothioconazole sur les orges, on peut aussi avoir à l’esprit qu’il est plus prudent de ne l’appliquer qu’une fois dans le programme de traitement.

Des variétés inégales face à la pression maladies

L’écart T-NT doit être interprété en fonction du contexte parasitaire de l’année, et en particulier pour les nouveautés dont le classement ne porte que sur l’année 2009 (Tableau 2 : Tendance observée dans les essais d’ARVALIS - Institut du végétal). Avec une moyenne de 13 q/ha de perte de rendement liée aux maladies foliaires dans le réseau des essais variétés, l’année 2009 est marquée par une pression des maladies relativement modérée et un contexte parasitaire dominé par l’helminthosporiose, la rhynchosporiose et la ramulariose. Les symptômes de grillures climatiques sont cette année encore très présents dans les essais.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10