5 octobre 2010

Centre / Bassin Parisien

Implantation du pois d’hiver : 4 critères à prendre en compte

Pour les semis du pois d’hiver, il faut conseiller les producteurs de choisir des parcelles à faible risque Aphanomyces euteiches, qui peut être évalué par analyse de terre. 3 autres critères concourent à la réussite de l’impantation du pois d’hiver : la préparation du sol, la profondeur et la densité des semis.

Le choix de la parcelle doit tenir compte du risque Aphanomyces euteiches, maladie racinaire qui peut s'avérer très nuisible lorsque le sol est fortement contaminé et que les conditions climatiques ou de culture favorisent son expression (printemps chauds et humides, irrigation, mauvaise structure du sol). Il faut éviter de cultiver du pois dans les parcelles fortement contaminées (Indice de Nécrose Racinaire > 1.5). En situation moins contaminée (INR < 1.5), le pois d'hiver, étant donné le décalage de son cycle de culture par rapport au pois de printemps, permet de limiter l'impact de cette maladie et donc de limiter la perte de rendement possible. Il peut malgré tout représenter une source de multiplication de l'inoculum dans le sol. Un test est aujourd'hui disponible pour appuyer le producteur dans son choix, basé sur un prélèvement de terre. Les délais de réception des résultats sont de 6 à 8 semaines.

La préparation du sol doit être effectuée sur 10-15 cm de profondeur, sur un sol bien ressuyé, en limitant le nombre de passages pour conserver une structure de sol fine et bien aérée, afin de faciliter l’installation rapide des nodosités. En profondeur (30 à 50 cm), une bonne structure facilitera la pénétration du système racinaire. La préparation de sol doit permettre d'obtenir une parcelle exempte de grosses mottes et de pierres afin d’éviter tout problème à la récolte. Par ailleurs, une surface plane permettra d’optimiser l’efficacité des herbicides de post-semis/prélevée. Le roulage sera réalisé de préférence avant la levée, sinon attendre le stade 3-4 feuilles, en conditions bien ressuyées.

En région Centre – Bassin Parisien, une date de semis située dans les 20 premiers jours de novembre permet d'avoir une bonne résistance au froid.

La profondeur de semis recherchée doit être de 3-4 cm en sol limoneux et de 4-5 cm en sols argilo-calcaire, pour limiter le risque de déchaussement. Les grains doivent être totalement recouverts pour limiter les dégâts de pigeons et de corvidés.

Les densités de semis préconisées dans le tableau ci-dessous tiennent compte des pertes à la levée (15 % en moyenne) et intègrent une marge de sécurité. Ainsi, en cas de perte à la levée supérieure (jusqu’à 30 % environ), le rendement n’est quasiment pas pénalisé. En revanche, un semis trop dense, au-delà de la densité conseillée, peut pénaliser le rendement et favoriser le développement de maladies aériennes.


Tableau 1 : Densités de semis recommandées en pois d'hiver (toutes variétés)
Source ARVALIS - Institut du végétal

 

Type de sol  Densité de semis recommandée pour des semis d'automne de pois d'hiver (grains / m²)  Dose (kg/ha) 
Sols limoneux   70 à 80   130 à 160
Sols caillouteux 80 à 90  140 à 180

 
La dose de semis en kg / ha est égale à la densité de semis en grains/m² multipliée par le poids de 1000 grains (PMG), divisée par 100. Exemple : 80 grains/m² x 280 g de PMG / 100 = 224 kg/ha
En semis tardif, on augmentera les doses de 10 grains / m².
 
 

Avec la contribution d'Isabelle CHAILLET et de Delphine BOUTTET (ARVALIS – Institut du végétal)

Elise VANNETZEL (ARVALIS - Institut du végétal)

Mots-clés

L'avis des lecteurs

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article