5 juillet 2010

Herbicides

Sécuriser les traitements à bas volumes

La pulvérisation à bas volume (en dessous de 80 l/ha de bouillie) est très utilisée pour augmenter les débits de chantier et profiter de bonnes conditions climatiques pour traiter un maximum d’hectares. Cette technique mérite d’être sécurisée.

Pour sécuriser les traitements, quelques leviers de compensation doivent être activés. Pour les produits foliaires de contact, qui agissent « là où ils tombent », la pulvérisation de gouttes fines (buses classiques) sur des adventices plutôt développées (pour multiplier la surface de contact) compensera les volumes réduits. Les foliaires systémiques, quant à eux, requièrent des conditions de température et d’hygrométrie optimales pendant le traitement pour une pénétration rapide et massive à travers la cuticule des feuilles. D’une manière générale, en bas volume, la taille des gouttes pulvérisées doit être la plus fine possible pour compenser la baisse du volume et assurer une meilleure couverture. Cela écarte l’utilisation des buses à injection d’air pour cette technique. Dans ces conditions, la gestion de la dérive de pulvérisation lors des traitements n’est pas chose facile et les fenêtres climatiques de traitement sont réduites. De même, il n’est plus possible de gérer les réductions des ZNT en bord de cours d’eau (par l’utilisation obligatoire de buse à injection d’air) sans prendre un risque sur l’efficacité finale du désherbage.
L’utilisation d’un « mouillant », qui étale le produit sur la plante, semble pertinente en dessous de 80 l/ha.
Autre clé du succès des bas volumes : il faut jouer plus que jamais sur les conditions le jour du traitement (pas de vent, hygrométrie et température optimales, stade des adventices). Dans les situations où l’on cumule bas volume et réduction de doses, les applications devront se faire dans des conditions supra-optimales.


Ludovic BONIN (ARVALIS - Institut du végétal)

Mots-clés

L'avis des lecteurs

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article