5 juillet 2012

Pomme de terre

Mildiou déclaré !

Avec la forte pression mildiou de ces dernières semaines, des symptômes commencent à apparaitre en parcelles. Quelle conduite tenir en cas de mildiou déclaré ?

Aucune solution ne permet de supprimer totalement le mildiou en place et toutes les techniques proposées ont pour seul objet de limiter son extension.

Dès l’apparition des premiers symptômes, intervenez le plus tôt possible et impérativement avant 5% de destruction du feuillage.
La lutte se fait par une succession de 2 à 3 traitements bien spécifiques, avec des spécialités à action rétroactive et / ou antisporulante. Il convient d’alterner les matières actives (selon les conditions climatiques).

Pour le premier traitement, il est important d’avoir un effet choc sur la propagation de la maladie. Il est vivement conseillé d’intervenir avec un mélange fongicide Proxanil + Ranman Top. Ce mélange est composé d’une matière active pénétrante (Cymoxanil), pour lutter contre les contaminations ayant eu lieu dans les 48h avant l’application, translaminaire (Propamocarbe) qui  permet de limiter la production des spores des contaminations antérieurs à ces 48h, et un sporicide (Cyazofamide) qui assure une action sur la viabilité des spores produites et une très bonne protection du feuillage sain.

Une deuxième application est conseillée dans les 3 à 7 jours. Elle est à réfléchir en fonction des conditions météorologiques et de l’irrigation avec des produits antisporulants du type Revus ou Ranman Top en période de pousse active  ou Fluazinam en période de végétation stabilisée.

Une troisième application antisporulante est conseillée 7 jours après la seconde avec les mêmes types de produits.

Il est important par la suite de maintenir pendant quelques semaines un niveau de protection élevé et de préférer des produits très peu lessivables. Il est donc proscrit de ré-intervenir tout de suite avec des produits mancozèbe ou manèbe.

Si des foyers sont bien isolés dans la parcelle, détruisez si possible le ou les foyers avec un défanant à action rapide ou par défanage manuel. Attention, s'il y a un transport des fanes, il faut les mettre dans des sacs pour éviter de disperser l’inoculum.

Guillaume Beauvallet et Denis Gaucher (ARVALIS - Institut du végétal)

Sur le même sujet

Mots-clés

L'avis des lecteurs

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article