21 juin 2012

Orges d’hiver

La gamme des variétés se renouvelle

Avec huit variétés retenues par les brasseurs et malteurs de France, la promotion  2012 se démarque par son abondance et son profil. À l’inscription, les nouveautés sautent  une marche en termes de rendement et d’équilibre agronomique. Les orges fourragères  ne sont pas en reste et accueillent cette année huit nouvelles variétés.




Cette année, huit nouvelles variétés d’orge d’hiver (cinq escourgeons  et trois orges  à deux rangs) ont  été retenues par le Comité Bière - malt -  orge (CBMO) pour des tests  de validation technologique. Si  elles franchissent ces tests avec  succès, ces nouveautés pourraient  apporter du progrès aussi bien en  termes de potentiel de rendement,  de calibrage que de résistance aux maladies. Les essais en post-inscription  permettront de vérifier  leur robustesse vis-à-vis d’autres  scénarii climatiques et de confirmer  leur comportement face aux  maladies lors d’année à plus forte  pression que 2010 et 2011. 

Sommaire :


  Cinq escourgeons à orientation brassicole

  Trois deux rangs brassicoles

  Passerelle déçoit

  Cinq escourgeons fourragers débarquent

  Des confirmations en post-inscription

  Deux orges deux rangs au Nord, une au Sud

  KWS Salsa confirme

Cinq escourgeons à  orientation brassicole 

Parmi ces innovations, Etincel  se distingue par son niveau de  productivité très élevé en 2010  et 2011, qui pourrait également  lui permettre d’accéder aux marchés  fourragers. Cet escourgeon  précoce   affiche un comportement  globalement assez bon vis-à-vis  des maladies foliaires. Avec une  cotation de 5,5, il n’est en revanche  que moyennement résistant à la  verse. Ses calibrages sont d’un bon  niveau, situés entre ceux d’Arturio  et de Cervoise. 

Autre escourgeon précoce inscrit  en 2012, Isocel affiche une productivité  élevée (+6 % par rapport  à celle de Cervoise), associée à de  bons calibrages, proches de ceux  de Cervoise. Sur le plan de son  comportement en culture, Isocel  s’est montré assez résistant aux  maladies foliaires, à l’exception de  la rhynchosporiose à laquelle il est  moyennement sensible (coté 5). Il  est par ailleurs assez sensible à la  verse. 

De son côté, Cargo possède une  assez bonne productivité, supérieure  à celle de Cervoise de 4 % en  moyenne sur 2 ans. En végétation,  ce nouvel escourgeon demi-précoce  s’est montré moyennement  sensible à la verse et aux maladies  foliaires, en particulier à la rouille naine et à l’helminthosporiose. Ses  calibrages sont bons, du niveau de  ceux de Cervoise. 

Escourgeon précoce à orientation  brassicole, Casino associe à l’inscription  une assez bonne productivité  à de très bons calibrages.  Il n’est en revanche apparu que  moyennement résistant à la verse et aux maladies foliaires. Avec une  cotation de 4 sur rhynchosporiose, il devra être protégé contre cette  maladie. 

Ultime escourgeon brassicole inscrit  cette année, Atlantick est légèrement  en retrait sur le plan de la  productivité par rapport à ces camarades  de promotion. Mais c’est  la seule inscription A, c’est-à-dire  avec des résultats de micro-matlage  supérieurs à  ceux des témoins.  Ses calibrages  sont assez bons,  du niveau de  ceux d’Arturio.  Escourgeon précoce  à épiaison,  il s’est montré  moyennement sensible à l’oïdium  et à la rhynchosporiose, et assez  résistant à l’helminthosporiose et à  la rouille naine. Avec une cotation  de 5 en verse, sa tenue de tige n’est  que moyenne.


Retour au sommaire

Trois deux rangs  brassicoles 

Avec des rendements supérieurs  de 7 % à ceux de Campanile en  moyenne sur 2 ans, Daniela est  l’orge deux rangs à orientation  brassicole la plus productive à  l’inscription. Précoce à épiaison,  elle présente un comportement en  végétation sans défaut marqué, à  l’exception peut-être d’une tenue de tige seulement moyenne. Ses  calibrages sont bons. 

Inscrite avec des rendements à 104 % des témoins, SY Tepee affiche une assez bonne productivité  à l’inscription. Cette orge deux rangs précoce placée en validation technologique semble peu sensible à la verse et assez résistante aux maladies foliaires, à l’exception de quelques symptômes d’oïdium.  Ses calibrages sont d’un bon niveau. 

Dernière orge deux rangs précoce  inscrite en 2012, Cassiopee a montré  un peu d’irrégularité. Après  une très bonne année 2010, elle  a obtenu une productivité inférieure  à celles de ses concurrentes  en 2011. Son comportement vis-à-vis  des maladies foliaires et de la  verse est équilibré, ses calibrages  sont bons. 


Retour au sommaire

Passerel déçoit 

En phase d’observation commerciale,  Passerel   affiche une  productivité correcte, intermédiaire  entre celles d’Esterel et  de Cervoise. En revanche ses  calibrages, du niveau de ceux  d’Esterel, déçoivent en 2011.  Escourgeon précoce, sensible  aux maladies foliaires, en particulier  à la rouille naine et à  l’oïdium, Passerel confirme  également sa sensibilité à la  verse en 2011. 


Retour au sommaire

Cinq escourgeons  fourragers débarquent

Inscrit avec des rendements  supérieurs de 5 % à ceux de  Cervoise en moyenne sur 2  ans, Catherine apporte de la  productivité. Cet escourgeon  fourrager demi-précoce, peu  sensible à la verse et assez résistant  aux maladies foliaires,  a montré un comportement  équilibré en végétation durant  les deux années de suivi pour  l’inscription. 

Autre nouvel escourgeon  fourrager précoce, Clip présente  un bon potentiel de  rendement, en 2010 et 2011.  En végétation, il s’est montré  moyennement sensible à l’oïdium,  peu sensible à la rouille  naine et à la rhynchosporiose  et assez résistant à l’helminthosporiose.  Sa tenue de tige  est moyenne. 

Très précoce à épiaison,  Origami est inscrit dans les  zones Nord et Sud avec un assez  bon potentiel de rendement,  de +4 % par rapport à Cervoise  dans le Nord et de +5 % par rapport  à Ketos dans le Sud. Il est  en revanche sensible à la rhynchosporiose,  et moyennement  sensible à la rouille naine. Sa  tenue de tige est assez bonne. 

Escourgeon fourrager précoce, Magnetic affiche à l’inscription  un assez bon potentiel de rendement  associé à un comportement  assez équilibré vis-à-vis  des maladies foliaires. Sa tenue  de tige n’est en revanche que  moyenne.  Le dernier escourgeon fourrager  inscrit, Maillon, ne sera  pas développé. 


Retour au sommaire

Des confirmations  en post-inscription 

Si Touareg confirme en 2011  un très haut potentiel de rendement  déjà observé à l’inscription,  il confirme également  une forte sensibilité aux maladies  foliaires. Il est également  apparu sensible à la verse. 

Escourgeons fourragers demi-précoces à demi-tardifs,  Emotion et Sylva affichent  d’assez bons potentiels de rendement dans les zones Nord,  associés à des comportements  vis-à-vis des maladies foliaires  sans défaut marqué. Leurs  tenues de tige doivent être surveillées. 
À noter : les poids spécifiques obtenus par Emotion  ne sont pas très élevés.

Comme à l’inscription, le  potentiel de rendement de  Basalt est assez bon en 2011.  Escourgeon fourrager demi - précoce,  il confirme de plus  un assez bon niveau de résistance  aux maladies foliaires. Avec une  cotation de 6,5 en verse, sa tenue  de tige semble bonne. 


Retour au sommaire

Deux orges deux rangs  au Nord et une au Sud

Inscrite sur les campagnes 2009  et 2011, Augusta se détache à  l’inscription sur le plan de la productivité,  avec 8 % de mieux que  Campanile. Elle présente également  un bon niveau de résistance  aux maladies foliaires. Sa tenue de  tige n’est que moyenne. 

Colonia   affiche à l’inscription un  assez bon potentiel de rendement  (+6 % par rapport à Campanile)  ainsi qu’un bon comportement en  végétation. Elle est en effet peu sensible  à la verse et assez résistante  aux principales maladies foliaires. 

Inscrite en zone Sud, Ordinale  est un peu plus productive que  Campanile, +1,5 % en moyenne  sur 2 ans au sud de la Loire. Orge  à deux rangs fourragère précoce,  son comportement agronomique  semble assez équilibré, sans défaut  marqué. 


Retour au sommaire

KWS Salsa confirme 

Inscrite en 2011, KWS Salsa  confirme un assez bon potentiel  de rendement en première année  de post-inscription.  À l’inverse,  Pompadour ne retrouve pas en  2011 ses très bonnes performances  de 2008 : Son rendement est tout  juste supérieur à Campanile dans  l’Ouest et très décevant dans le Sud.   Demi-tardives à épiaison, ces deux  orges sont apparues peu sensibles  à la verse et aux maladies foliaires. 

Inscrite au Danemark en 2008,  Ajour se comporte bien dans les  essais depuis deux ans, en se plaçant  parmi les meilleures orges  deux rangs. Ses pertes de rendements  en l’absence de traitement  fongicide sont un peu plus élevées  que la moyenne et sa tenue de tige  semble correcte.  


Retour au sommaire

Téléchargez :
- Figure 1 : Rendements Nord des orges six rangs, protégés des maladies foliaires
- Figure 2 : Calibrage des nouveaux escourgeons à orientation brassicole
- Figure 3 : Rendements Nord des orges deux rangs, protégés des maladies foliaires

- Tableau 1 : Caractéristiques des variétés des orges d’hiver 2 rangs
-
Tableau 2 : Caractéristiques des variétés des orges d’hiver 6 rangs

Philippe DU CHEYRON (ARVALIS - Institut du végétal)

Sur le même sujet

Mots-clés

L'avis des lecteurs

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article