14 juin 2012

Bioraffineries

De la chimie végétale à partir de matières premières agricoles et forestières

L'intérêt des bioraffineries réside dans la production de produits biosourcés, autrement dit non issus de la consommation d'énergies fossiles. L'objectif est de valoriser une large palette de produits d'origine agricole ou forestière. Explications de Thierry Stadler, directeur général du Pôle de compétitivité Industrie et Agroressources de Champagne-Ardennes.




Si la vocation première de l'agriculture est de nourrir l'Homme, de nouvelles perspectives s'ouvrent comme la production de produits biosourcés, susceptible de réduire la dépendance aux énergies fossiles. Le Pôle de compétitivité Industrie et agroressources de Champagne-Ardennes vise selon Thierry Stadler, son directeur général, le développement des bioraffineries multi-entrées en termes de matières premières agricoles et forestières. L'un de ses principaux enjeux : parvenir à moyen terme à déconstruire le bois pour le transformer en sucres et autres composés. Cette innovation technique permettrait d'éviter les conflits d'usage avec l'alimentation.

Aujourd'hui, des exemples de produits biosourcés  existent déjà comme les bioplastiques, les biolubrifiants, ou encore les solvants verts. Cependant, les matières biosourcés ne représentent aujourd'hui que 1,5% du marché global de la chimie. De fortes perspectives de croissance sont donc possibles pour les années à venir.

L'avis des lecteurs

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article