14 juin 2012

Céréales à paille

Rhizoctone : une maladie à prendre en compte cette année

Resté très discret les années précédentes, le rhizoctone des céréales à paille est bien présent cette année. De violentes attaques de cette maladie du pied ont été observées sur blé tendre, allant jusqu'à la verse de la culture.



Les attaques de rhizoctone des céréales à paille les années précédentes étaient généralement ponctuelles, superficielles, et ne nécrosant que très partiellement la section de tige. Par conséquent, les pertes de rendement étaient très limitées en comparaison avec un autre pathogène aux symptômes proches, le piétin-verse. Cette année, de sérieuses attaques ont été observées dans plusieurs régions, particulièrement dans le Centre, l'Est (Bourgogne, Champagne, Franche-Comté), et l'Ouest (Pays de la Loire).

Sommaire :


  Des symptômes à ne pas confondre avec le piétin-verse

  Cycle de développement du rhizoctone

  Le champignon et les facteurs favorables



Des symptômes à ne pas confondre avec le piétin-verse

Les symptômes de R. cerealis sont visibles sur les gaines généralement à partir de la montaison (Photo 1), avec une accentuation et une pénétration des tiges jusqu’à l’épiaison. Il est important de noter qu’il ne génère aucun symptôme au niveau des racines.

Contrairement au piétin-verse localisé principalement sous le 1er nœud, les nécroses causées par le rhizoctone peuvent être situées jusqu’au 3ème nœud, souvent en réseau de plusieurs taches (Photo 2). Les gaines présentent un aspect marbré, qui évolue en déchirure avec des tissus dilacérés, effilochés. Au niveau de la tige, les symptômes portent le nom de tache en « brûlure de cigarette » à cause de leur pourtour irrégulier très foncé et de leur intérieur blanchi.

Le mycélium blanc crème de R. cerealis est observable une fois la gaine écartée (Photos 3 et 4).

Afin d’éviter la confusion avec le piétin-verse, une astuce de diagnostic consiste à essuyer la nécrose avec un doigt : si la tache apparait bien blanche, les symptômes sont générés par du rhizoctone (Photo 5). Mais si un ou plusieurs points noirs subsistent au sein de la nécrose, il s'agit de piétin-verse, ces structures noires prises dans la tige étant les stromas du champignon (Photo 6).

Photo 1 : Aspect marbré des gaines entre le 1er et le 2ème nœud, causé par le rhizoctone

Photo 2 : Plusieurs taches de rhizoctone sur les tiges, formant un réseau

les taches de rhizoctone forment un reseau

Photo 3 : Mycélium de R. cerealis visible sur les taches après avoir écarté la gaine

gaine eclatee due au rhizoctone et presence de mycelium

Photo 4 : Avec le temps, le mycélium de R. cerealis prend un aspect grisâtre

symptome de rhizoctone : aspect grisatre du mycelium

Photo 5 : Après passage du doigt, la nécrose apparait bien blanche, sans ponctuation noire

symptome de rhizoctone : nécroce blanche apres passage du doigt

Photo 6 : Sur les taches de piétin-verse, le stroma noir persiste après passage du doigt

symptome pietin verse : le stroma noir persiste apres passage du doigt contrairement au rhizoctone




Retour au sommaire



Cycle de développement du rhizoctone

R. cerealis est un champignon tellurique1 qui se conserve au cours de l’automne et de l’hiver dans le sol et sur les résidus de cultures hôtes sous forme de sclérotes2 et de mycélium. Sous des températures supérieures à 2°C, les sclérotes germent et le mycélium se développe jusqu’à entrer en contact avec les gaines du bas de tige. Le champignon s’installe alors dans les tissus et les nécrose, traversant les gaines jusqu’à atteindre la tige et, dans le cas de fortes attaques, les tissus vasculaires.

Selon les études, les températures optimales de développement du champignon varient autour de 16°C à 22°C, mais certaines sources citent également une recrudescence de la maladie dans des régions plus froides (moyenne de 9°C). Toutes les études s’accordent cependant sur le fait que des températures supérieures à 30°C diminuent voire stoppent le développement du champignon, qui semble inféodé aux zones tempérées.

Il est également intéressant de noter que R. cerealis ne produit aucune spore, ce qui limite fortement la dissémination de la maladie qui reste cloisonnée à la parcelle. La forme sexuée du champignon est connue (Ceratobasidium cereale), mais rarement observée dans la nature et ne semble pas jouer de rôle dans l’épidémiologie de la maladie.



Retour au sommaire

Le champignon et les facteurs favorables

S’il ne faut pas le confondre avec son cousin, Rhizoctonia solani (responsable par exemple du rhizoctone sur le maïs ou la pomme de terre), R. cerealis présente également un très large spectre d’hôte. Outre les céréales à paille ainsi que les graminées adventices, il est en effet connu pour générer des symptômes sur les gazons et de nombreuses cultures légumières. Cependant, les sous-espèces de R. cerealis (appelées groupes d’anastomose3 AG) présentent une spécialisation selon leur hôte, particulièrement marquée pour celles issues de céréales à paille (AG-D).

Les facteurs favorisant le maintien et le développement de ce champignon à la parcelle découlent directement du cycle de développement et de l’hôte de R. cerealis AG-D :

- Un précédent « céréales à paille » en absence de travail du sol permet au champignon de se conserver sur les résidus. Cependant, les sclérotes présentant une durée moyenne de survie dans le sol de 3-4 ans, le labour peut également jouer un rôle négatif en remontant à la surface des résidus enfouis l’année précédente. Le broyage superficiel a semble-t-il montré de bons résultats sur la diminution de l’inoculum de R. cerealis dans la parcelle.  

- Une date de semis précoce à l’automne fournit au champignon une période de développement à des températures favorables plus longue.

- Des sols légers, sableux, secs et bien drainés sont favorables au champignon, facilitant l’extension du mycélium à l’automne. 

- Une fertilisation excessive en azote est associée à une augmentation de la sévérité de la maladie, par contre, un enrichissement en potassium (K) permettrait de contrôler la maladie.

- L’élimination chimique du piétin-verse, diminuant ainsi la compétition pour le substrat nutritif (la plante), peut être également considérée comme un facteur favorisant le développement du rhizoctone.

- Tout facteur de stress ou carence pour la plante, fragilisant cette dernière, favorise l’installation du champignon et son développement.

La diversité des informations parcellaires concernant les sites présentant des symptômes marqués de rhizoctone cette année ne permettent pas de tirer de conclusions quant à une origine agronomique de ces attaques. L’hypothèse d’une fragilisation de la plante lors des forts gels des mois de février / mars peut être émise, ce stress ayant sensibilisé fortement le blé tendre à ce champignon déjà présent dans le sol. De plus, les températures des mois d’avril-mai ainsi que la forte humidité pourraient avoir favorisé le développement de R. cerealis, mais aucune conclusion ferme ne peut être établie à l’heure actuelle.



Retour au sommaire

Pour en savoir plus sur les leviers agronomiques possibles pour lutter contre les maladies du blé tendre, cliquez sur le lien.




1 Tellurique = présent au niveau du sol.
2 Sclérote = amas de mycélium durci, noir violacé, qui sert de structure de conservation à certains champignons et peut rester viable plusieurs annéesdans le sol.
3 Groupe d’anastomose = groupe d’isolats semblables d’un champignon dont les hyphes (mycélium) de tous les individus peuvent fusionner (anastomoser) les uns avec les autres, mais pas avec ceux des isolats d’autres groupes d’anastomose de la même espèce. Les individus d’un groupe d’anastomose sont souvent spécialisés dans l’attaque de certains hôtes.


Julie TOUSSAINT FERREYROLLE (ARVALIS - Institut du végétal)

Sur le même sujet

Mots-clés

L'avis des lecteurs

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article