31 mai 2012

Couverts végétaux

Implanter des couverts sous maïs : une technique intéressante mais délicate

La station de la Jaillière en Loire–Atlantique teste depuis 3 ans des sous-semis de couverts sur des parcelles de maïs fourrage. Dans un contexte de polyculture élevage, les résultats obtenus sont prometteurs mais pas dénués de contraintes. En effet, semer un couvert sous maïs conditionne certains aspects de l’itinéraire technique du maïs.


Implanter un couvert au pied du maïs, cette technique, bien qu’originale, n’est pas nouvelle. Tirer parti de l’inter-rang laissé libre par le grand écartement de semis du maïs ne semble pas incompatible avec la réussite de la culture en place. Il s’agit de conduire un maïs en minimisant les pertes de potentiel tout en profitant de l’effet du couvert végétal.

Cette technique peut répondre à trois objectifs :

  Implanter un couvert sur une interculture longue en cas de succession maïs fourrage-maïs fourrage
  Obtenir une ressource en fourrage supplémentaire en valorisant le couvert sous maïs
  Favoriser le développement d’une légumineuse de type trèfle en vue d’un semis direct de céréale sous couvert. Cette technique pourrait permettre d’apporter de l’azote aux cultures suivantes, de limiter le développement des adventices, et de protéger le sol de l’érosion.


Adapter les plages de sous-semis aux espèces implantées

En fonction des trois objectifs initiaux, ARVALIS-Institut du végétal a expérimenté plusieurs espèces, en pur et en mélange. Les résultats obtenus sur 3 ans dans plusieurs essais donnent une tendance : adapter le stade du maïs lors du sous-semis à l’espèce choisie.

  Faire du fourrage d’appoint : valoriser un couvert suite à la récolte du maïs ensilage avec un  mélange Ray Grass d’Italie 10kg/ha+Trèfle Incarnat 7 kg/ha
  Implanter une interculture longue entre 2 maïs : Navette fourragère 15kg/ha (valorisation fourragères possible en sortie d’hiver)
  Favoriser le développement d’une légumineuse de type trèfle en vue d’un semis direct de céréale sous couvert : choix d’un trèfle annuel ou mélange de diverses espèces de légumineuses pour sécuriser le développement du couvert.

Pour obtenir un développement correct sans pénaliser le maïs, il est important de rester dans les fourchettes de sous semis suivantes :

  Légumineuses seules/ Navette : semis vers 3-4 feuilles du maïs, car espèces peu concurrentielles.
  Couvert à base de graminées (pur ou en mélange) : semis entre 6 et 8 feuilles du maïs, mais ne pas dépasser 8 feuilles car le risque de ne pas capter les pluies et la lumière pour le couvert pourra compromettre sa réussite.

Tableau 1 : Doses de semis préconisés pour les trois types de couverts, destination et production de biomasse en T de MS/ha

Espèces
Dose de semis /ha
Destination
Production de biomasse en T de MS/ha
Coût indicatif de la semence /ha
Ray Grass d’Italie+Trèfle Incarnat
7kg+7kg
Fourrage
1.43 (au 15/09)
35€
Navette Fourragère
15 kg
CIPAN/fourrage
1.9 (au 10/12)
35€
Chlorofiltre Symbiose*
20kg
Couvert de légumineuse avant céréales
1.8 (au 15/09)
50€


*Chlorofiltre Symbiose : Jouffray Drillaud, mélange de légumineuses = vesce commune, trèfle Incarnat, Trèfle d’Alexandrie, Trèfle de Michelli


Réaliser le sous-semis lors d’un binage

Réalisé principalement lors d’un binage, l'implantation d'un couverts dans un maïs en végétation peut être effectuée de plusieurs manières.

Dans les essais, c'est un épandeur de petites graines avec des descentes dirigées derrière les dents de la bineuse et complétées par des peignes qui a été utilisé. Ceci favorise le contact sol-graine, notamment avec des trèfles dont la taille des semences est très petite.


Tableau 2 : présentation des différents types de semoir pour implanter les couverts sous maïs





Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Adapter le programme de désherbage aux espèces composant le sous-couvert

Tout l’enjeu réside en un compromis entre efficacité du désherbage de la culture principale et bon développement du couvert. En effet, un mauvais contrôle des adventices au sein du couvert pourrait se traduire par des pénalités de rendement pour la culture principale. A l’inverse, la technique perdrait tout son intérêt en cas de désherbage non sélectif pour le couvert en place. La solution consiste donc à appliquer en plein un herbicide doublement sélectif.

Durant les premières années d’essais de 2008 à 2010, le choix de la stratégie de désherbage n’a pas donné satisfaction. Pour des couverts de trèfle, la pré-levée réalisée avec un anti-graminées était maintenue (programme classique sur les parcelles). Le complément se faisait à l’aide de la bineuse simultanément au sous semis pour l’inter rang, et chimiquement (bromoxynil) sur le rang de maïs grâce à de la pulvérisation localisée lors de ce même passage.

Les difficultés de mise en pratique du désherbinage dans un maïs assez haut (gêne pour les buses, angle de pulvérisation, conditions d’interventions opposées entre binage et pulvérisation…) couplé à un herbicide moyennement efficace sur la flore présente et en générale très développée n’ont pas permis d’obtenir une culture propre.

En conséquence, les programmes herbicides ont été modifiés en 2011 en intégrant un désherbage post-levée. Le détail des programmes est donné dans le tableau ci-dessous.


Tableau 3 : Programme de désherbage des couverts sous maïs

 
Pré levée
Post levée
Binage/Désherbinage/Sous semis
Graminées
Prowl 400
En plein ou localisé au semis
Auxo 1.5l en plein
Bromoxynil sur le rang si nécessaire
Légumineuses/autres
Trophée/Harness
En plein ou localisé au semis
Auxo 1.5l en plein
Bromoxynil sur le rang si nécessaire
Mélange graminées/légumineuses
Pas de solution
Auxo 1.5 l en plein
Bromoxynil sur le rang si nécessaire


Sur les parcelles de l’exploitation, il faut être vigilant sur la flore attendue. En effet, certaines ont un historique avec présence de graminées estivales, ce qui pose problème dans le cas d’un couvert type ray-grass.

La rémanence de l’anti graminée limitera son développement. La Tembotrione (Auxo) semble être sélective. D’autres essais seront nécessaires mais elle a donné de bon résultats y compris sur légumineuses et crucifères. Pour éviter tout problème de phytotoxicité, un délai de 10 jours minimum entre l’application et le sous-semis doit être observé. Avant d’éviter les risques d’échecs, il est fortement conseillé de réaliser les sous-semis sur un sol propre, indemne de vivaces.

Des essais sont reconduits cette année dans le but de confirmer certains points tels que la sélectivité des produits de désherbage, ou encore le choix du meilleur mélange de légumineuses. Une étude des couverts en terme de concurrence sur le maïs est également menée afin d’évaluer de manière précise par espèce l’effet sur le rendement.
D’autres expérimentations seront approfondies les prochaines années, notamment l’impact de la présence d’un couvert sur le développement des adventices dans la culture du maïs.


Photos de couverts sous maïs


Photos de couverts sous culture de maïs

Ray-grass italien + trèfle incarnat sous maïs



Navette fourragère sous couvert de maïs

Photos de couverts après récolte du maïs



Ray-grass italien + trèfle incarnat après récolte du maïs



Navette fourragère après récolte du maïs

Mots-clés

L'avis des lecteurs

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article